Livres

Quel est le meilleur livre sur les tatouages en 2020 ? – Comparatif, guide et avis

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

L’utilisation des tatouages est connue comme ayant commencé il y a des milliers d’années et son histoire est aussi variée, colorée et diversifiée que les personnes qui les portent. D’un point de vue scientifique simple – les tatouages sont créés l’insertion de matériaux colorés sous la surface de la peau ou de l’épiderme. Les premiers tatouages ont d’ailleurs probablement été créés involontairement !

Vous souhaitez en savoir plus sur le sujet ? Voici notre sélection des meilleurs livres pour tout savoir sur les tatouages !

 

Les 10 meilleurs livres sur les tatouages

Vous voulez être sûr(e) de ne pas être déçu(e) dès les premières pages ? Alors choisissez parmi cette sélection des meilleurs livres sur les tatouages du moment, basée sur les avis de plusieurs centaines de lecteurs et lectrices !

No. 2
La Mécanique du tatouage T1: Apprendre à tatouer
14 Commentaires
La Mécanique du tatouage T1: Apprendre à tatouer
  • 64 Pages - 06/12/2019 (Publication Date) - Paquet (Publisher)
No. 3
Atlas mondial du tatouage
10 Commentaires
Atlas mondial du tatouage
  • 400 Pages - 02/18/2016 (Publication Date) - Pyramyd (Publisher)
No. 4
Mau Moko : Le monde du tatouage maori
  • 259 Pages - 10/27/2010 (Publication Date) - Au vent des îles (Publisher)
No. 7
Le dictionnaire du tatouage
12 Commentaires
Le dictionnaire du tatouage
  • 256 Pages - 03/23/2017 (Publication Date) - Pyramyd (Publisher)
No. 8
1000 tatouages d'aujourd'hui
6 Commentaires
1000 tatouages d'aujourd'hui
  • 240 Pages - 09/20/2018 (Publication Date) - La Martinière (Publisher)
No. 9
Tatouages sacrés - Thaïlande, Cambodge, Laos et Myanmar. UN TATOUAGE PEUT-IL CHANGER VOTRE VIE?
16 Commentaires
Tatouages sacrés - Thaïlande, Cambodge, Laos et Myanmar. UN TATOUAGE PEUT-IL CHANGER VOTRE VIE?
  • 192 Pages - 10/26/2017 (Publication Date) - Soukha éditions (Publisher)

 

L’histoire du tatouage

Tatouages Primitifs

La peau a été la première toile d’art.

Les bâtons et autres objets pointus ont été les premiers pinceaux.

Le tatouage était d’abord une forme de scarification.

Il s’agissait de se blesser et d’empaqueter la saleté ou les cendres dans la plaie pour la décolorer de façon permanente.

On sait que l’homme préhistorique a percé des trous dans sa peau, a carbonisé des bâtons dans le feu, les a laissés refroidir et a ensuite appliqué la substance noire sur la plaie pour créer des marques tribales.

Comme le tatouage impliquait la douleur, le sang et le feu, l’homme primitif croyait que le processus libérait les forces vitales sacrées.

Le fait de laisser couler le sang était également associé à un sacrifice aux dieux.

Le symbole ou la forme animale du tatouage a été pensé pour apporter une protection contre l’attaque de ce même animal.

Les tatouages étaient également utilisés pour aligner l’âme sur le dessein de Dieu, augmenter la virilité et la fertilité, assurer la préservation du corps après la mort et délimiter les hiérarchies et les rôles au sein des tribus.

Par exemple, un chef de tribu aurait un tatouage très différent de celui de l’individu de la tribu que l’on croyait porter malchance.

Comme la peau ne se conserve pas aussi bien, il existe des preuves archéologiques que les personnes préhistoriques se livrant au tatouage, bien que quelques artefacts paléolithiques qui ont été découverts semblent suggérer que l’art du tatouage est aussi vieux que l’humanité.

Art funéraire

Le tatouage dans l’histoire ancienne était un art funèbre.

Des images de tatouage sont trouvées sur des figurines féminines égyptiennes datant entre 4000 et 2000 ans avant Jésus-Christ.

Les figures libyennes de la tombe de Séti (1330 av. J.-C.) ont aussi des figures avec des tatouages sur les bras et les jambes.

Tant dans les temps anciens que modernes, les peuples primitifs croient que l’esprit ou le corps astral ressemble à un corps humain invisible.

Ceci est similaire à de nombreuses croyances occultistes modernes sur le corps astral.

Les tatouages sont appliqués pour que l’esprit puisse passer dans le monde des esprits sans être dérangé par des entités maléfiques.

Les peuples primitifs de Bornéo croient que le bon tatouage assure un passage rapide de l’autre côté ainsi qu’une occupation positive garantie dans le monde des esprits.

Les anciens Egyptiens auraient répandu la pratique du tatouage dans le monde entier.

Les troisième et quatrième dynasties de construction de pyramides de l’Egypte ont développé des nations internationales qui ont gouverné la Crète, la Grèce, la Perse et l’Arabie.

En 2000 avant J.-C., l’art du tatouage avait trouvé son chemin vers l’Asie du Sud-Est et les Ainu (nomades d’Asie occidentale) l’ont ensuite apporté avec eux lors de leurs migrations vers le Japon.

Ailleurs, les Shans de Chine ont introduit l’artisanat auprès des Birmans, qui incluent encore le tatouage dans leurs pratiques religieuses.

Aujourd’hui, les tatouages sont encore utilisés pour créer un lien spirituel avec un être cher décédé et les membres de sa famille.

Ces types de tatouages sont plus rares, mais ils apparaissent souvent comme des coeurs avec des initiales, des pierres tombales avec les initiales des parents et des symboles célestes tels que cinq, six et sept étoiles pointues.

Marquage de l’image de marque

A peu près à la même époque, les Japonais se sont intéressés à l’art mais seulement pour ses attributs décoratifs.

Les Horis — les tatoueurs japonais — étaient les maîtres incontestés de l’ancien tatouage de couleur.

L’utilisation de pigments, de perspectives et de dessins imaginatifs a donné à la pratique une toute nouvelle apparence.

Au cours du premier millénaire de notre ère, le Japon a adopté la culture chinoise et a confiné le tatouage à l’image de marque des malfaiteurs.

Dans les Balkans, les Thraces avaient un usage différent pour l’artisanat.

Les aristocrates, selon Hérodote (500 av. J.-C.) ont été tatoués pour montrer au monde leur statut social.

Bien que les premiers Européens se soient adonnés au tatouage, ils ont vraiment redécouvert cette forme d’art lorsqu’ils ont exploré de nouvelles cultures dans le Pacifique Sud.

C’était une familiarité avec les tatouages des tribus polynésiennes et amérindiennes qui ont introduit les tatouages dans l’Europe moderne.

Le mot, en fait, est dérivé du mot tahitien tattau, qui signifie “marquer”.

La plupart des premières utilisations des tatouages étaient ornementales.

Cependant, un certain nombre de civilisations avaient des applications pratiques pour ce métier.

Les Goths, une tribu de barbares germaniques célèbres pour le pillage des colonies romaines, utilisaient les tatouages pour marquer leurs esclaves.

Les Romains tatouaient aussi les esclaves et les criminels.

Le tatouage a été associé pour la première fois à la criminalité dans la région méditerranéenne au milieu du troisième siècle.

Ces étiquettes comprendraient le crime, la peine et les noms des victimes du criminel marqués sur leur front.

Dans la Grèce antique et la Rome antique, les esclaves tatoués ne pourraient jamais devenir citoyens, même s’ils pouvaient acheter leur liberté.

C’était parce qu’un tatouage était considéré comme dégradant pour le porteur.

Essentiellement, les tatouages étaient des marques permanentes de culpabilité.

Par la suite ces tatoués hors de la punition ont commencé à être fiers de leurs marquages.

Les tatouages sont encore aujourd’hui une marque d’honneur chez les criminels.

A Tahiti, les tatouages étaient un rite de passage et racontaient l’histoire de la vie de la personne.

Les hommes ont été marqués lorsqu’ils ont atteint l’âge adulte lorsqu’ils se sont mariés.

Lorsque l’Empire ottoman turc régnait sur la Bosnie, les autorités militaires ont tatoué tous les soldats afin de les reconnaître au cas où ils choisiraient de fuir la conscription.

Marquage des clans

Les peuples primitifs utilisaient aussi les tatouages pour créer ce qu’on appelle des marques de clan.

Ces marquages ont été très utiles pendant la bataille pour identifier l’ennemi de l’ami.

Ces tatouages également garantissaient que vous seriez en mesure de saluer vos amis à nouveau dans le ciel, après votre décès.

Les tatouages de famille et de mariage étaient aussi des marques de clan qui permettaient aux conjoints séparés dans la mort de se retrouver dans l’au-delà.

Un bon exemple de cela est l’ancienne tribu Ainu qui croyait qu’une mariée sans tatouage irait directement à Gehenna – leur version de l’enfer.

Dans les Amériques, les tribus autochtones utilisaient la piqûre simple pour tatouer leur corps ou leur visage.

En Californie, certains groupes autochtones ont injecté de la couleur dans les égratignures.

Certaines tribus du Nord vivant dans et autour du cercle arctique (surtout des Inuits) ont fait des piqûres à l’aide d’une aiguille et ont fait passer un fil recouvert de suie à travers la peau.

La communauté du Pacifique Sud tapotait le pigment dans la peau piquée à l’aide d’un petit instrument en forme de râteau.

En Nouvelle-Zélande, les Maoris traitaient le corps comme un morceau de bois pour faire leurs fameux tatouages de style moko.

À l’aide d’un petit outil de coupe des os, ils creusaient des sillons peu profonds sur le visage et les fesses et leur donnaient de la couleur.

Grâce aux échanges commerciaux avec les Européens, ils ont pu rendre la méthode plus efficace en utilisant des outils métalliques au lieu de l’os.

Un “moko”, qui signifie frapper ou taper, est la forme d’art de longue date du tatouage maori.

Cet art est pratiqué depuis plus de mille ans et a résisté au temps et à la colonisation.

Il a été utilisé comme une forme d’identification en ce qui concerne le rang, la généalogie, l’histoire tribale, l’éligibilité au mariage, la beauté et la virilité.

Les motifs Moko étaient finement ciselés dans la peau.

Traditionnellement, les femmes maories ne pouvaient être tatouées que sur les lèvres, autour du menton et parfois sur les narines.

Une femme aux lèvres bleues pleines était considérée comme très belle.

Rites de passage

Les peuples primitifs ont également tatoué leurs adolescents comme un rite de passage.

La théorie était que si un jeune garçon ne pouvait pas supporter la douleur d’un tatouage à un jeune âge, alors il serait inutile au combat.

De même, si une jeune fille ne pouvait pas supporter la douleur d’un tatouage, elle ne pourrait pas supporter la douleur de l’accouchement.

Beaucoup de ces enfants ont fini avec un tatouage de toute façon, qui les étiquettetait comme un paria de la tribu.

Les animaux totem sont aussi un autre motif commun dans les tatouages primitifs.

Les animaux totémiques comme les serpents, les grenouilles, les papillons, les loups ou les ours signifiaient que l’individu a pris la prouesse physique de cet animal.

Dans certaines cultures, l’animal totem est considéré comme ayant une relation spirituelle spéciale avec le porteur du tatouage et sert de guide spirituel.

Du Pacifique Sud à l’Amérique du Sud, les peuples primitifs ont des coutumes liées à leurs rituels de tatouage.

Habituellement, la personne tatouée est séparée des autres, tachée, isolée du sexe opposé ou nourrie d’un régime spécial.

Depuis les temps primitifs jusqu’à aujourd’hui, les Hawaïens célèbrent des dieux spécifiques du tatouage.

Les dessins associés à chaque Dieu sont enfermés dans les temples et les prêtres pratiquent le tatouage.

Chaque séance de tatouage commence par une prière aux dieux du tatouage qui implore que l’opération se passe bien et que les dessins soient magnifiques à la fin.

Charmes d’amour

Dans les mondes anciens et primitifs, les tatouages étaient aussi utilisés comme charmes d’amour.

Souvent, le colorant utilisé pour ces types de tatouages a été concocté à partir d’ingrédients magiques.

Par exemple, la teinture d’un ancien charme d’amour birman est faite à partir d’une recette qui consiste en un pigment violet brillant appelé vermillon et les peaux d’une truite et d’un lézard tacheté.

Ce tatouage était habituellement un petit triangle créé par trois points et était caché par les vêtements afin que les autres ne puissent pas l’identifier.

De nos jours, les équivalents des tatouages d’amour magiques sont les nœuds celtiques, les coeurs, les chérubins, le symbole de Vénus et les déesses de l’amour.

Santé physique

Dans les anciennes cultures asiatiques, les tatouages étaient souvent appliqués pour assurer la santé physique à long terme.

Les Tibétains assimilaient les motifs appelés mantra wheels à de nombreuses minutes de chant.

Ces dessins ont été tatoués sur chakra (points d’énergie) sur le corps pour aider le porteur du tatouage à atteindre l’harmonie physique, émotionnelle et spirituelle.

Parfois, les tatouages ont été créés à partir de colorants médicinaux et marqués sur les points d’acupuncture du corps dans une tentative de guérir les problèmes de santé chroniques et les maladies.

Dans un certain nombre de cultures, l’image d’un Dieu ou d’une déesse pourrait aussi être tatouée sur un point d’acupuncture ou sur une partie du corps affligée pour tenter de la guérir.

En Inde, le dieu singe Hanuman a été tatoué sur des épaules disloquées.

Les femmes maories plus âgées ont tatoué leurs lèvres et leur visage pour éviter de perdre la vue.

Les femmes ainu ont tatoué une déesse sur leur peau pour que les mauvais esprits qui leur ont donné la maladie les confondent avec la déesse et s’enfuient dans la terreur.

Bonne chance

Historiquement, les tatouages ont toujours été pensés pour porter chance à celui qui les porte.

En Chine, le tatouage d’un symbole astrologique animal, comme le Cochon ou le Cheval, est considéré comme apportant la bonne fortune.

On pensait que les images de koï, de carpes ou de poissons rouges apportaient prospérité et richesse au porteur.

En Birmanie, on pense qu’un perroquet tatoué sur l’épaule porte bonheur.

En Thaïlande, un parchemin représentant Bouddha dans la posture de la méditation est dit pour charmer Lady Luck.

Des cartes tatouées comme l’As de pique et les Dix de carreau ont été portées par les soldats américains au Vietnam pour se protéger contre la malchance et les maladies vénériennes.

Tatouages celtiques

Dans les années 1970, la contre-culture en Amérique a redécouvert la beauté des tabous primitifs et tribaux.

Les modèles les plus copiés proviennent principalement de Bornéo, du Japon et des îles du Pacifique Sud.

Dans les années 1980, les tatouages celtiques sont devenus très populaires, probablement en raison de la popularité des religions wiccan et païenne chez les jeunes.

La plupart des dessins celtiques modernes proviennent d’anciens rouleaux appelés manuscrits irlandais illuminés, qui ont été créés au cours des sixième et septième siècles.

Comme auparavant, les Celtes ne conservaient pas de documents écrits, on trouve aussi des dessins dans des travaux anciens en pierre et en métal.

Avant le sixième siècle, ces peuples anciens se tatouaient ou peignaient souvent le visage et le corps pour les protéger des mauvais esprits et assurer la victoire au combat.

La tradition du tatouage par nouage, dérivée des manuscrits celtiques, s’est répandue de la Grande-Bretagne et de l’Irlande à l’Écosse.

Les envahisseurs vikings se sont finalement appropriés de nombreux dessins celtiques dans leur propre culture, ajoutant souvent des animaux totémiques dans les dessins d’entrelacs.

Les nœuds celtiques sont “zoomorphes”, c’est-à-dire que chaque brin du dessin se connecte ou s’enroule dans un autre brin.

Souvent, ces dessins se terminent graphiquement par des images des pieds, des têtes et des queues d’animaux et d’autres symboles naturels.

Ces animaux étaient emblématiques des différentes tribus et nationalités celtiques.

Des documents romains indiquent également que d’anciens Britanniques et Écossais se sont peut-être tatoués avant d’entrer en guerre.

Les pierres anciennes de Gaule montrent aussi des chefs avec des visages tatoués.

Ces tatouages ont été créés à partir de pastel, une plante qui produit de la teinture bleue.

Un corps d’un tableau trouvé congelé dans le pergélisol en Sibérie indiquait que ces peuples préceltiques tatoués à l’aide de marques de perforation pour créer les formes et les contours d’animaux en utilisant le pastel comme colorant.

Les Romains employaient souvent des tuteurs celtiques pour leurs enfants. Beaucoup de ces tuteurs étaient des prêtres druides.

Tatouages pèlerins

La montée des religions chrétienne et islamique a mis un terme au tatouage en Europe au Moyen-Orient.

Dans l’Ancien Testament de la Bible, le livre du Lévitique dit : “Vous ne ferez aucune incision dans votre chair pour les morts, et vous n’imprimerez aucune marque sur vous : je suis le Seigneur”.

Ce credo contre le tatouage a fait disparaître la pratique pendant environ deux mille ans, les chrétiens et les musulmans vénérant l’Ancien Testament.

Malgré la popularité répandue de cette croyance religieuse, les pèlerins du Moyen Âge se faisaient tatouer une fois arrivés en Terre Sainte pour prouver aux gens qu’ils avaient fait le voyage.

Les prêtres coptes qui attendaient les touristes à l’extérieur des murs de Jérusalem pratiquaient ce genre de tatouage.

Habituellement, ces tatouages n’étaient qu’une simple croix, mais certains pèlerins ont opté pour des symboles plus élaborés de leur voyage, comme les images de la Pieta ou de saint Georges tuant le Dragon.

Les pèlerins musulmans visitant La Mecque et Médine sont également revenus de leurs voyages avec des tatouages commémoratifs.

Ces pèlerins musulmans croyaient qu’en étant incinérés à la mort, ils seraient purifiés par le feu, avant d’entrer au paradis et sont ainsi pardonnés pour avoir transgressé la proclamation de Lévitique.

Tatouages orientaux

Au Japon, le tatouage a atteint son apogée au XVIIIe siècle à partir de peintures à l’aquarelle traditionnelles ; les gravures sur bois et les livres d’images ont été à la base de la conception.

Les tatoueurs japonais étaient généralement aussi des artistes ukiyoe woodblock, qui échangeaient simplement leurs lames de bois contre des aiguilles longues et tranchantes.

Ce long processus est venu pour produire ce qui est connu sous le nom de l’unique tatouage d’art traditionnel japonais, appelé horimono.

Tatouages marins et militaires

Quand les explorateurs européens sont arrivés dans le Nouveau Monde, ils ont découvert que le tatouage était une grande partie de la culture de l’âge de pierre pratiquée par les Amérindiens.

La plupart des tribus avaient en commun des motifs géométriques et des points qui étaient appliqués pour célébrer le passage de l’individu à la puberté.

De nombreuses tribus, y compris les Sioux, croyaient qu’un tatouage était nécessaire pour passer dans l’autre monde.

Après près de deux mille ans d’absence de la culture populaire, le phénomène du tatouage est réapparu après que les explorateurs en aient rapporté des récits après en avoir vu des exemples en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

Le tatouage était aussi très populaire chez les marins qui, des années 1600 aux années 1940, ont tatoué un poulet sur un pied et un cochon sur l’autre pour les protéger de la mort par noyade.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le grand symbole qui protégeait les marins de la noyade était une double hélice (une tatouée sur chaque fesse) destinée à vous propulser symboliquement jusqu’au rivage.

Des images d’oiseaux bleus encrés sur la poitrine étaient souvent utilisées pour marquer le nombre de milles qu’un marin avait parcourus en mer.

Chaque oiseau bleu représentait 5 000 milles parcourus en mer.

Si un marin avait navigué vers le sud au-delà de l’équateur, il avait parfois une photo de Neptune tatouée sur sa jambe.

S’il traversait la ligne de temps internationale, un marin possédait le droit de porter le tatouage d’un dragon.

Un tatouage de fille hula signifiait que le marin avait été à Honolulu.

Les sous-vêtements féminins et les bas tatoués sur le corps du marin signifiaient qu’il avait participé à plus d’une croisière.

Chatham Square à New York est devenu le centre épique pour les tatouages avant la guerre civile aux États-Unis.

Les marins, les membres de gangs et les misérables (qui se vantaient souvent de tatouages élaborés sur le torse et l’avant-bras) fréquentaient cette région connue pour ses salles de bière et ses salons du sexe.

Les marins ont passé de longues heures en mer à “piquer” des dessins dans leur propre peau ou celle de leurs compagnons.

Ces dessins étaient un mélange d’images patriotiques et protectrices.

Souvent, la poudre à canon était mélangée à l’encre, car la poudre à canon possédait des pouvoirs magiques de longévité et de protection.

Les marins de ce jour-là étaient familiers avec les tatouages en raison de leur long voyage.

Ils avaient vu les dragons de la Chine, les charmes chrétiens et les mauvais yeux du peuple et les dessins très détaillés d’Edo et de Yokohama portés par les citoyens du Japon.

Les marins portant ces dessins exotiques, qui traversaient chaque jour le port de New York, influencent et élargissent considérablement le concept même du “tatouage”.

Avec le déclenchement de la guerre civile, des milliers d’hommes de New York ont été enrôlés dans l’armée de l’Union.

La demande de dessins patriotiques a énormément augmenté pendant cette guerre et des milliers d’individus ont été tatoués sur le champ de bataille.

Les dessins préférés comprenaient souvent des représentations de grandes batailles avec ciel et paysage.

Machines à tatouer électroniques

Le tatouage a été révolutionné par l’invention par Samuel O’Reilly de la machine à tatouer électrique au cours de la dernière décennie du 19e siècle.

Le temps requis pour compléter un dessin est passé de quelques heures à quelques minutes, déplaçant l’art loin des dessins conçus personnellement et choisis à la main vers des choix de stock qui étaient affichés comme de l’art sur les murs du salon de tatouage.

Une grande partie de ce tatouage a également eu lieu à l’arrière des salles de bière et des salons de coiffure.

Les années à venir verront de vastes améliorations dans la machine de O’Reilly, plus l’établissement de sociétés de fabrication d’équipement de tatouage.

Cette machine était le prototype du pistolet à tatouage qui est le standard de l’industrie aujourd’hui.

Dans les années 1920 et 30, le style des tatouages a été adapté pour inclure des personnages de bandes dessinées comme Mickey Mouse et Felix le chat, le croisement de Lindbergh, les étoiles et starlettes de l’écran d’argent et les phrases qui ont été popularisées dans la presse.

Le tatouage cosmétique a également vu le jour au cours de cette période.

Beaucoup d’artistes offrent des spécialités telles que les taupes et les marques de beauté aux joues roses, l’eyeliner permanent et les lèvres rouges aux clients masculins et féminins.

Tatouages modernes

Dans les années 1960, le tatouage pour le seul plaisir de l’art est devenu populaire et de nos jours, la vue d’un tatouage sur l’épaule, la hanche ou la cheville d’une personne est devenue monnaie courante.

Ces dernières années, les tatouages celtiques ont connu un renouveau, tout comme les tatouages primitifs.

Certaines personnes collectionnent les tatouages de la même façon que d’autres collectionnent les antiquités ou les œuvres d’art.

D’autres s’intéressent aux dessins super élégants qui sont un produit de la pensée du 21e siècle, comme les dessins biomécaniques (qui ressemblent à des muscles sous la chair) et les dessins qui ressemblent au fonctionnement intérieur des cyborgs.

Dans les années 1970, les artistes formés dans les disciplines traditionnelles des beaux-arts ont commencé à embrasser le tatouage et ont apporté à l’industrie des techniques novatrices d’imagerie et de dessin.

Les progrès des pistolets à aiguilles électriques et des pigments leur ont fourni de nouvelles gammes de couleurs, la délicatesse des détails et des possibilités artistiques.

La nature physique de nombreux établissements locaux de tatouage a également changé à mesure qu’un nombre croissant d’opérateurs ont adopté du matériel et des procédures ressemblant à celles des cliniques médicales, en particulier dans les régions où le tatouage est réglementé par les règlements sanitaires du gouvernement.

Le statut culturel du tatouage a constamment évolué de celui d’une activité antisociale dans les années 1940 à celui d’une déclaration de mode à la mode dans les années 2000.

Adopté et affiché par des vedettes rock influentes comme les Rolling Stones au début des années 1970, le tatouage était, à la fin des années 1980, devenu accepté par la société en général.

Aujourd’hui, on voit régulièrement des tatouages sur des vedettes du rock, des sportifs professionnels, des champions de patinage sur glace, des mannequins de mode, des vedettes de cinéma et d’autres personnalités publiques qui jouent un rôle important dans le rythme de la culture contemporaine.

Au cours des quinze dernières années, deux catégories distinctes d’affaires de tatouage ont émergé.

Le premier est le “salon de tatouage” qui se glorifie dans le sens d’une culture urbaine hors-la-loi, se fait de la publicité avec une signalisation extérieure gargantuesque et offre moins qu’un environnement sanitaire.

Le deuxième est le “studio d’art de tatouage” qui comporte le plus fréquemment des conceptions d’art personnalisées et fines, toutes les caractéristiques d’une beauté haut de gamme et des services “sur rendez-vous” seulement.

Le studio de tatouage d’art d’aujourd’hui attire le même genre de clients qu’une bijouterie, une boutique de mode ou un magasin d’antiquités haut de gamme.

Le tatouage est aujourd’hui la sixième entreprise de vente au détail à la croissance la plus rapide aux États-Unis.

Le groupe démographique qui connaît la croissance la plus rapide à la recherche de services de tatouage est celui des femmes de la classe moyenne des banlieues.

Le tatouage est reconnu par les organismes gouvernementaux comme une forme d’art et une profession.

Comme les œuvres d’art liées au tatouage sont considérées comme des œuvres d’art, les conceptions de tatouage font l’objet d’expositions dans les musées et les galeries d’art aux États-Unis, au Canada et en Europe.

De nos jours, tout, des portraits d’Andy Warhol aux Teletubbies en passant par les icônes des smileys de messagerie instantanée, à peu près n’importe quelle image est un prétexte pour un tatouage.

Dernière mise à jour le 2020-04-01. Liens et images fournis par Amazon Product Advertising API

1 Commentaire

  1. Expression tatoo Reply

    Je vous remercie pour cette sélection d’ouvrage sur le tatouage. Je vais pouvoir m’en procurer quelques uns pour assouvir ma soif de connaissance dans ce domaine. Je trouve aussi cet ébauche de l’histoire du tatouage très intéressante, car je dois avouer que j’ai zapper quelques informations lors de mes précédentes recherches sur le sujet.

Écrire un commentaire

Pinterest