Livres

Quel est le meilleur livre sur la collapsologie en 2020 ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

La fin du monde est un thème ancien, présent dans la mythologie, la religion et les arts à travers les âges.

Ces dernières années, nous avons assisté à une popularité croissante de ce thème, bien qu’il s’agisse d’une version sécularisée, dans les médias populaires.

Vous voulez en savoir plus ? Vous êtes au bon endroit ! Nous vous avons regroupé les meilleurs livres et conseils sur cette page.

simpsons apocalypse GIF

Les 10 meilleurs livres sur la collapsologie

Vous voulez être sûr(e) de ne pas être déçu(e) dès les premières pages ? Alors choisissez parmi cette sélection des meilleurs livres sur la colapsologie, basée sur les avis de plusieurs centaines de lecteurs et lectrices !

No. 1
Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes
  • Servigne, Pablo (Author)
  • 304 Pages - 04/09/2015 (Publication Date) - Le Seuil (Publisher)
No. 3
Les Limites à la croissance (dans un monde fini) : Le rapport Meadows, 30 ans après
  • Collectif (Author)
  • 484 Pages - 08/24/2017 (Publication Date) - RUE ECHIQUIER (Publisher)
No. 4
Une autre fin du monde est possible
  • Pablo Servigne (Author)
  • 336 Pages - 10/18/2018 (Publication Date) - Le Seuil (Publisher)
No. 5
Effondrement: Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie
  • Diamond,Jared (Author)
  • 880 Pages - 02/26/2009 (Publication Date) - Folio (Publisher)
No. 6
L'entraide (tp): L'autre loi de la jungle
  • Servigne, Pablo (Author)
  • 384 Pages - 04/10/2019 (Publication Date) - Les Liens Qui Libèrent (Publisher)
No. 8
Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité
186 Commentaires
Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité
  • Barrau, Aurelien (Author)
  • 143 Pages - 05/02/2019 (Publication Date) - Michel Lafon (Publisher)
No. 9
Nourrir l'Europe en temps de crise : Vers des systèmes alimentaires résilients
  • 202 Pages - 10/11/2017 (Publication Date) - Babel (Publisher)
No. 10
Polis, Tome 1 : Après demain
  • Bréboin, Thierry (Author)
  • 328 Pages - 10/21/2019 (Publication Date) - Books on Demand Editions (Publisher)

Quelques mots sur la collapsologie

Nous ne nous contentons plus de trembler à l’idée de l’Apocalypse : aujourd’hui, elle est accueillie avec satisfaction et même avec ambition.

L’analyse et la compréhension de ce nouveau paradigme de la “collapsologie” révéleront certaines des profondes transformations structurelles de notre tissu socioculturel et de notre perception de l’état actuel des systèmes économiques et politiques.

Dans son livre Collapse : How Societies Choose to Fail or Succeed, l’historien Jared Diamond définit l'”effondrement” comme “une diminution drastique de la taille de la population humaine et/ou de la complexité politique/économique/sociale, sur une zone considérable, pendant une période prolongée”. (p.3)

Son livre analyse l’effondrement de diverses civilisations historiques et identifie cinq facteurs influents : le changement climatique, les voisins hostiles, les partenaires commerciaux qui fournissent des sources alternatives de biens (et de services), les problèmes environnementaux et la réponse de la société à ces risques.

Bien entendu, le dernier de ces facteurs est le seul facteur endogène et tourne souvent autour des intérêts à court terme des détenteurs du pouvoir et de ceux qui possèdent les moyens de production et des besoins à long terme de la société dans son ensemble.

Il y a un intérêt croissant, surtout en France, pour la “collapsologie”, qui est un mouvement qui favorise l’effondrement des structures sociopolitiques actuelles, car l’histoire de l’humanité est pleine de civilisations qui se sont effondrées et qui sont devenues à leur tour un terrain fertile pour de nouvelles.

Principalement motivée par le changement climatique, cette école nous invite à transformer notre “effondrement actuel” en un effondrement positif, dans lequel nous construisons activement de nouveaux systèmes économiques, politiques et sociaux (par exemple, des biorégions à petite échelle, des modèles économiques non basés sur la croissance) qui sont en harmonie avec la finitude des ressources de la terre et favorisent la vie en harmonie avec la nature.

Dans son livre Capitalist Realism : Is There No Alternative ?, le théoricien Mark Fisher voit le réalisme capitaliste comme “le sentiment répandu que non seulement le capitalisme est le seul système politique et économique viable, mais aussi qu’il est désormais impossible même d’imaginer une alternative cohérente à celui-ci”. (p.6)

Il attribue cette idée à deux critiques culturels du “capitalisme tardif” : Frederic Jameson (qui a déclaré qu'”il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme”) et Slavoj Žižek (un philosophe marxiste qui utilise les films et les médias populaires pour explorer les idéologies cachées et la domination hégémonique capitaliste dans les sociétés post-modernes, par exemple le Guide de l’idéologie du pervers).

Selon le livre The Fourth Turning : An American Prophecy, nous sommes au milieu d’une période de crise de vingt ans qui a commencé avec la crise financière de 2007 et qui s’est transformée en une crise sociopolitique plus large. Steve Bannon, l’ancien stratège en chef de la Maison Blanche, a été fortement influencé par ces idées et a soutenu Trump car il le considérait comme la seule personne qui pouvait tirer parti de cette période de crise pour “assécher le marais” à Washington et jeter les bases d’un nouveau système sociopolitique (c’est-à-dire un “High”). Même après l’éviction de Bannon en août 2017, il a continué à soutenir Trump pour cette raison.

Une étude récente montre que la démarcation politique fondamentale au Royaume-Uni n’est plus la division “gauche-droite” mais la division “centrisme-anarchie”. Les membres du camp idéologique anarchiste, qui représentent jusqu’à 40 % de la population, ont peu confiance dans le gouvernement, les entreprises et les médias et sont issus de la gauche comme de la droite.

De même, une autre étude montre que l’extrême-gauche et l’extrême-droite partagent un même désir de chaos, “partageant des motivations associées à des motivations “chaotiques” pour “brûler” l’ensemble du “cosmos” démocratique établi” (p.1). Leur aspiration commune au chaos et à l’anarchie est parfaitement illustrée par le mème très populaire “certains hommes veulent juste regarder le monde brûler”, une expression du film The Dark Knight qui fait référence au Joker : un personnage qui veut répandre le chaos et l’anarchie parce que “la seule façon sensée de vivre dans ce monde est sans règles”.

Dans les années 1960, l’éthologue John Calhoun a réalisé des expériences sur des souris pour étudier les effets de la croissance démographique sur le comportement individuel.

En installant les souris dans un environnement “utopique”, avec beaucoup de nourriture, sans ennemis et sans logement, il a observé qu’au départ la population de souris augmentait de façon exponentielle.

Cependant, à mesure que l’espace dans l'”utopie de la souris” se définissait de plus en plus socialement, certains groupes de souris ont montré de nouveaux comportements, tels qu’une agressivité extrême ainsi qu’un isolement narcissique.

En fin de compte, la population de souris s’est considérablement réduite, en raison d’une baisse du taux de natalité due à une baisse de la reproduction et d’un taux de mortalité plus élevé causé par une violence accrue.

Calhoun a qualifié cette “phase d’extinction” et de rupture sociale de “puits comportemental”, et l’a utilisée comme métaphore du destin de l’homme vivant dans un monde surpeuplé en se référant au livre biblique de l’Apocalypse.

De même, le Mouvement pour l’Extinction Volontaire de l’Homme définit son objectif comme suit : “L’extinction progressive de la race humaine par l’arrêt volontaire de la reproduction permettra à la biosphère terrestre de retrouver une bonne santé. Les conditions de surpopulation et les pénuries de ressources s’amélioreront à mesure que nous deviendrons moins denses”.

Les films d’horreur sont généralement considérés comme des indicateurs de ce qui empêche (littéralement) la société de dormir la nuit. Un sous-genre extrêmement populaire est le genre zombie. Bien que les zombies aient l’air redoutables, de nombreuses séries et films de zombies ne traitent pas réellement des zombies eux-mêmes mais de la quête de reconstruction de la société après l’effondrement de la civilisation dû aux zombies.

Cet “effondrement” est un thème ancien, exploré dans de nombreuses religions (par exemple le Jugement dernier présent dans toutes les religions abrahamiques), dans les mythes (par exemple le mythe du déluge présent dans de nombreuses cultures du monde), dans la littérature et les arts (par exemple le film 2012 (2009) qui faisait partie du phénomène 2012 entraîné par la fin eschatologique du calendrier maya). Fantasmer sur l’Apocalypse est en train de faire un retour dans notre culture, notre philosophie et nos médias contemporains. Mais pourquoi ?

On pourrait prétendre que l’effondrement est une “directionalité” intrinsèque de la réalité. En physique, le processus d'”entropie” implique que tout système fermé et stable finira par se dissoudre dans plus de chaos et de désordre.

Cela vaut non seulement pour la physique mais aussi pour les sciences sociales, comme dans le processus de “perturbation créative”, dans lequel les nouvelles innovations rendent les anciennes technologies superflues et détruisent leur système socio-technique, dans les périodes de glissement hégémonique, dans lesquelles de nouveaux challengers défont l’ordre géopolitique de l’hégémonie précédente, ou encore d’une génération à l’autre, car les jeunes veulent généralement faire les choses différemment de leurs parents et grands-parents et rêvent de créer une nouvelle société.

Actuellement, nous pourrions être témoins de tels changements sismiques dans diverses parties de notre société et de notre culture, alors que les systèmes passent d’une “ancienne” phase à une nouvelle.

Par exemple, la prochaine révolution technologique pourrait être en cours, sous l’impulsion des améliorations de l’IA, du fait que la fin du cycle hégémonique de l’Amérique approche alors que la Chine est en pleine ascension, et du nouveau cycle générationnel qui se rapproche, dans lequel la Génération Z incarne l’archétype de l’Artiste (avec les caractéristiques correspondantes), tandis que de nouvelles visions utopiques de la société émergent qui transcendent notre système capitaliste de production et de consommation (c’est-à-dire les économies post-croissance et la consommation post-matérialiste).

En ce sens, l'”effondrement” n’est qu’une phase des mouvements cycliques et un processus continu de renaissance et de déclin, de croissance et d’effondrement que l’on retrouve tout autour de la réalité.

Mais l’effondrement en tant que phase a à la fois un côté négatif et un côté positif.

Sur le plan négatif, la phase d’effondrement signifie la destruction de nos systèmes politiques, économiques et sociaux actuels.

Du côté positif, l’effondrement est suivi par le “monde post-apocalyptique”, dans lequel l’homme a la possibilité de reconstruire son monde, sa culture et sa civilisation. Et c’est cette partie positive qui a gagné beaucoup de popularité ces dernières années. Alors, qu’est-ce que nous désirons dans le monde post-apocalyptique ?

Premièrement, il existe une conviction profonde et fondamentale que les systèmes de la société sont “brisés” : la mobilité sociale diminue à mesure que les inégalités s’accentuent, les politiciens semblent incapables d’harmoniser la société polarisée et les politiques partisanes ne peuvent pas surmonter les plus grands défis de la société (par exemple le changement climatique, le logement abordable ou les soins de santé pour les jeunes générations), beaucoup craignent de perdre leur “emploi de merde” ou n’aiment même pas leur travail (par exemple, 84 % des travailleurs ne sont pas pleinement engagés dans leur travail) tandis que d’autres doivent continuer à travailler pour joindre les deux bouts (le slogan des gilets jaunes est : “La fin du monde, la fin du mois, même combat”).

C’est précisément ce sentiment que le changement ne peut s’accomplir dans le cadre du système et que, par conséquent, le système doit changer, qui unit les électeurs d’extrême gauche et d’extrême droite. En effet, ce sentiment dystopique (c’est-à-dire la conviction qu’il n’y a pas d’alternative à l’état actuel) montre que les partis extrémistes dans notre système actuel sont sur la même longueur d’onde en ce qui concerne la collapsologie.

Deuxièmement, il y a un désir de plus en plus fort d’action personnelle et d’engagement politique significatif. Comme nous habitons de plus en plus des systèmes abstraits et complexes (par exemple, des bureaucraties modernes, des sociétés multinationales, des villes mondiales, des réseaux sociaux internationaux), nous avons le sentiment de ne plus appartenir à un endroit mais à un autre (voir le livre de David Goodhart, The Road to Somewhere).

Ainsi, de nombreux contenus médiatiques post-apocalyptiques nous montrent un monde dans lequel les petites communautés ont une réelle interaction (par exemple, les morts-vivants) et dans lequel nous avons un impact tangible sur nos systèmes politiques.

En outre, cela pourrait être une condition pour transformer notre effondrement écologique naissant en quelque chose de positif (par exemple, les paysages alimentaires des villes).
Enfin, la technologie moderne nous offre plus de liberté, mais peut fausser nos rythmes naturels et éventuellement supprimer nos penchants biologiques.

Ainsi, nous nous sentons de plus en plus déconnectés de la vie naturelle et concrète : nous ne possédons plus les compétences nécessaires pour survivre en dehors des zones fortement domestiquées (par exemple les villes, les maisons intelligentes), ce qui est un besoin psychologique profondément enraciné, et nous nous détachons de plus en plus de la nature (ce qui provoque également des problèmes mentaux). Ce problème est exacerbé par une croissance démographique sans cesse croissante qui exerce une pression non seulement sur nos ressources mais aussi sur les espaces sociaux et politiques.

Les expériences de Calhoun sur les souris montrent que l’augmentation de la densité sociale et politique peut induire des divisions et des conflits sociaux, que nous connaissons avec la montée de l’extrémisme et l’isolement social accru.

Calhoun a comparé cela au Premier des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, dont on dit qu’il incarne l’Antéchrist et qu’il induit la destruction d’un monde corrompu. De même, dans une large mesure, la technologie numérique et les grandes technologies définissent désormais nos espaces sociaux et culturels et servent de plus en plus de médiateur dans notre relation avec le monde vivant et les espaces sociaux. Cela nous donne de nouveaux modes de relation, mais conduit également à des comportements sociaux différents, tels que les discours de haine ou des comportements en ligne moins éthiques.

C’est pourquoi Scott Galloway a surnommé Alphabet, Amazon, Apple et Facebook les quatre cavaliers de l’apocalypse en raison de leur pouvoir sans limite dans tous les domaines de notre vie quotidienne.

En revanche, les mondes post-apocalyptiques, dans toute leur brutalité et leur destruction, nous forcent à prendre les choses en main, à travailler la terre pour nous nourrir et survivre, à reconstruire de nouvelles structures sociétales et communautés sur les cendres de la civilisation précédente, et à établir une relation immédiate avec le monde qui nous entoure (c’est-à-dire sans passer par les technologies numériques).

Cela pourrait contribuer à expliquer la popularité des séries sur la survie (par exemple, Ultimate Survival, Naked and Afraid).

Bon nombre des impératifs “romantiques” et des souhaits latents du monde post-apocalyptique nous parviennent déjà sous des formes moins violentes et moins dangereuses.

Par exemple, dans le domaine des loisirs, nous voulons vivre plus près de la nature, par exemple en campant et en ayant une #vanlife. En économie, nous percevons la montée (ou le retour) du culte de l’artisanat comme une tentative de contrôler davantage nos propres moyens de production et de dénoncer le “travail abstrait” qui prévaut dans les sociétés post-industrielles ou capitalistes tardives.

Sur le plan politique, de nouvelles formes de “contre-culture”, telles que les cryptocommunautés, les coopératives locales et ascendantes, ainsi que le terrorisme et la montée du fondamentalisme, se rebellent de plus en plus contre le système et souhaitent le renverser.

Enfin, d’un point de vue philosophique, le transhumanisme tente de surmonter la “condition humaine” actuelle en laissant les humains s’éteindre ou en transcendant les capacités physiques et mentales limitées de l’homme pour créer de nouvelles structures sociétales conformes aux impératifs de l’évolution (par exemple, le technicium de Kevin Kelly) ou de la durabilité.

Dernière mise à jour le 2020-08-20. Liens et images fournis par Amazon Product Advertising API

Libraire de formation et de passion, comme dirait Stephen King "Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi.” :)

Écrire un commentaire

Pinterest