Livres

Quels sont les meilleurs livres audio sur la philosophie en 2020 ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Il s’agit en fait d’une question difficile : quels sont les meilleurs livres philosophiques à lire ou écouter ? 

Il ne fait aucun doute de ma part que pratiquement tout ce qui est écrit ici pourrait être contesté ou critiqué par quelqu’un.

Mais quels sont les meilleurs livres audio philosophiques du moment ? Comment les classer ? Ne vous inquiétez pas, nous avons fait le travail pour vous !

Les meilleurs livres audio sur la philosophie du moment

Vous voulez être sûr(e) de ne pas être déçu(e) dès les premières minutes d’écoute ? Alors choisissez parmi cette sélection des meilleurs livres audio sur la philosophie, basée sur les avis de plusieurs centaines de lecteurs et lectrices audio !

No. 1
La philosophie pour les nuls en 50 notions clés
  • Christian Godin (Author) - François Hatt, Odile Cohen (Narrators)
No. 2
Présentation de la philosophie
  • André Comte-Sponville (Author) - André Comte-Sponville (Narrator)
No. 3
Le Miracle Spinoza: Une philosophie pour éclairer notre vie
  • Frédéric Lenoir (Author) - David Manet (Narrator)
No. 5
Marcher, une philosophie
  • Frédéric Gros (Author) - Christophe Brault (Narrator)
No. 7
La philosophie racontée aux enfants: Une rencontre avec Socrate, Platon...
  • Chiara Pastorini (Author) - François Morel (Narrator)
No. 10
La philosophie expliquée à ma fille
  • Roger-Pol Droit (Author) - Fabienne Guyon, Alexia Navion (Narrators)
Un des services les plus populaires pour télécharger et écouter des livres audio est Audible, qui propose actuellement un essai de 30 jours gratuit, incluant un premier livre offert.

Un peu d’histoire sur la philosophie

Il est très difficile, voire impossible, de dire qui étaient les premiers philosophes ou quand la philosophie informelle a commencé.

Les premiers homo sapiens regardaient probablement leur monde naissant et s’interrogeaient sur son statut, sa signification, le sens de l’existence, les conditions de survie, la réalité d’un monde fini et leur place dans celui-ci.

Réfléchir et conjecturer ainsi, c’est philosopher, aussi inachevé que soit l’exercice mental ou l’intelligence naissante vulnérable à la superstition.

Si la philosophie est comprise simplement comme l’étude de la métaphysique et de l’épistémologie, de la logique et de l’éthique, de l’esthétique et de la politique, ou de n’importe laquelle de ces “branches” séparément, alors la charge de retracer sa provenance devient considérablement plus légère.

Nous savons, par exemple, que les Milesiens, sous la direction de Thalès, menaient d’importantes enquêtes sur la nature dès le septième siècle avant J.-C. ; les maîtres et prophètes orientaux tels que Lao-Tseu, Confucius et le Bouddha envisageaient des idéaux et des concepts moraux au cours du sixième siècle avant J.-C.

Les philosophes présocratiques (Héraclite, Empedocle, Parménide, Zénon) ont suivi avec leurs formulations et leurs spéculations, et dans les coulisses se trouvaient trois des plus prodigieux esprits philosophiques de l’histoire (Socrate, Platon, Aristote).

Il est encore difficile de dresser un tableau ou une chronologie historique, car certaines figures sont obscures, certaines philosophies fragmentées et incomplètes.

On n’en sait peut-être pas assez sur le rôle joué par les femmes, même aux premiers temps de la philosophie (Platon nous dit, par exemple, dans le Symposium, que le professeur amoureux de Socrate était une femme) ; on ne sait pas toujours clairement quand une période se termine et une autre commence, ni si une philosophie ou une école a vraiment été créée par quelqu’un que l’histoire a totalement ignoré.

Vous trouverez ci-dessous une liste considérablement simplifiée, mais peut-être pas inutile.

Elle énumère les principaux penseurs et périodes et décrit brièvement leurs contributions.

Cette liste ne doit être considéré que comme l’un des nombreux apercus historiques possibles !


Philosophes : Milesiens (Thales, Anaximander, Heraclitus, Anaxagoras)

Période : 7e siècle avant J.-C.

Pensées : On s’est demandé de quoi était fait l’univers (Thalès : eau ; Héraclite : feu). Héraclite : “La lutte est le père de tout.” Anaxagore : “Il y a une partie de tout dans tout” — la première théorie de la divisibilité infinie. Chacun a contribué à façonner le début de la méthode scientifique : c’est-à-dire en rassemblant des faits, en développant et en testant une hypothèse.


Philosophes : Pré-socratiques (parmi lesquels Empedocle, Parménide, Zénon d’Eléa, Euclide, Pythagore)

Période : De la fin du 7e siècle avant J.-C. au début du 5e siècle avant J.-C.

Pensées : Ces penseurs ont avancé des idées sur l’essence des choses (Empedocle : l’eau, l’air, le feu et la terre sont les “choses” de base), sur l’unité/pluralité (Parménide : le monde est un solide uniforme, de forme sphérique ; “l’Être est, le Non-être n’est pas” ; l’espace vide ne peut pas exister si toutes les choses sont faites de choses de base), les paradoxes de l’espace et du mouvement (Zénon), la logique et la théorie mathématique (Euclide, Pythagore). La théorie des formes de Platon a été fortement influencée par la notion de l’Un de Parménide et par les conclusions mathématiques de Pythagore.


Philosophes : Prophètes orientaux, maîtres de la morale (Lao-Tse, Confucius, le Bouddha entre autres)

Période : VIe siècle avant J.-C.

Pensées : Ils ont tous influencé l’histoire de l’éthique et de la religion en Inde, en Chine et au Japon. L’éthique de Confucius était centrée sur les idées de bienveillance, de piété filiale et de réciprocité (traiter les autres comme on voudrait être traité). Le Bouddha, un titre qui signifie “l’illuminé”, disait que la vie elle-même est marquée par la souffrance et que le chemin de la transcendance (nirvana) consistait à éviter les extrêmes de l’auto-indulgence et de l’auto-mortification. Lao-Tse a discerné une réalité sous-jacente de toutes choses, dont la compréhension dépend du fait de se vider l’âme et de se concentrer sur “La Voie”, ou Tao. Ses idées sont exposées dans le Tao Te Ching. De nombreuses sectes et sous-sections religieuses ont vu le jour.


Philosophes : Socrate, Platon, Aristote

Période : Du début du 5e siècle avant J.-C. à la fin du 4e siècle avant J.-C.

Pensées : Peut-être les trois plus grands philosophes de tous les temps. Socrate a mis au point une méthode d’interrogation destinée à révéler les faiblesses des personnes interrogées (parfois appelée méthode maïeutique, dans laquelle l’interrogateur agit comme une sage-femme, aidant à faire naître la pensée des autres). Selon lui, l’utilisation circonspecte du langage et l’interrogation sans fin de soi-même sont cruciales dans la quête de la sagesse. Enseignant de Platon, qui avait une vision du monde très sage, il considérait la philosophie comme un mode de vie, la plus haute vocation d’une poignée d’élus. Pour lui, le plus grand bien est la connaissance. Il n’a rien écrit mais a influencé de manière spectaculaire le cours de l’histoire intellectuelle. Platon, professeur d’Aristote, a exposé sa philosophie dans des dialogues, dont le principal protagoniste était Socrate, son mentor ; il a fondé l’Académie (vers 387 avant J.-C.), peut-être la première institution d’apprentissage du monde occidental. J.-C.), peut-être la première institution d’enseignement du monde occidental. Il est surtout connu pour sa Théorie des formes (monde phénoménal de la matière, reflet imparfait d’un monde d’idées immuable et transcendantal). Platon croyait que la connaissance est un processus de mémorisation ; les objets de la connaissance sont idéaux et immuables. Aristote a théorisé sur une vaste gamme de sujets : la biologie, l’éthique, la logique, la métaphysique, la politique, etc. Il a fondé le Lycée et a été le tuteur d’Alexandre le Grand. Il est considéré comme le premier logicien et biologiste de l’histoire. Sa pensée a influencé de nombreux théologiens et philosophes, dont saint Augustin et Thomas d’Aquin. C’est un naturaliste qui a révisé la théorie de Platon sur la forme et la matière ; pour Aristote, la forme est ce qui fait de la matière ce qu’elle est (comme l’âme définit un corps vivant). Il a énoncé deux principes généraux de preuve : le milieu exclu (tout doit avoir ou ne pas avoir une caractéristique donnée), et la loi de la contradiction (rien ne peut à la fois avoir et ne pas avoir une caractéristique donnée).


Philosophes : Épicure/épicurisme

Période : Du milieu du IVe siècle avant J.-C. au début du IIIe siècle avant J.-C.

Pensées : Connu surtout pour son système éthique hédoniste dans lequel le plaisir est le bien le plus élevé (Epicure : “Mange, bois et réjouis-toi car demain tu mourras”). La qualité du plaisir est plus importante que la simple quantité. Les épicuriens défendaient une vision atomiste du monde (c’est-à-dire que les choses sont composées de particules minuscules et indivisibles qui se déplacent dans le vide). Epicure croyait qu’il y avait une infinité de mondes (ce que nous appelons aujourd’hui des “galaxies”).


Philosophes : Les stoïciens (Zénon et plus tard les penseurs romains tels que Sénèque, Epictète et Marc-Aurèle)

Période :  Du début du IIIe siècle avant J.-C. au IIIe siècle après J.-C.

Pensées : Le nom de stoïcisme vient de stoa, ou porche, où le fondateur du mouvement, Zeno (et non Zeno d’Élée), enseignait. Monde régi par des lois inébranlables établies par Dieu. Tout arrive pour une raison, de sorte que le but de la vie devrait être l’acquiescement aux lois divines, et non la résistance. Dieu est immanent dans toute matière, crée un ordre harmonieux. Plus tard, les stoïciens romains ont affirmé les mêmes thèmes : besoin d’harmonie dans la vie, de croissance spirituelle qui, idéalement, devrait exister en dehors des tracas quotidiens de la société.


Philosophes : Sceptiques (Pyrrho d’Elis, Timon, Antisthène et plus tard Sextus Empiricus)

Période : De la fin du cinquième siècle avant J.-C. au deuxième siècle après J.-C.

Pensées : Évite les doctrines et les dogmes et cherche à critiquer les idées existantes. Rien n’est vraiment connaissable ; le doute est la disposition d’esprit la plus tenable (Pyrrho). Important signe avant-coureur de l’empirisme ultérieur, de la méthode scientifique moderne, de l’agnosticisme religieux. A profondément influencé les philosophes ultérieurs (Descartes, Hume, Santayana entre autres).


Philosophes : Cyniques (Diogène, Antisthène)

Période : Du quatrième siècle avant J.-C. au sixième siècle après J.-C. (pas une école continue)

Pensées : Le nom “Cynique” vient du surnom donné à Diogène : le Chien. Philosophie cynique sans rapport avec l’acceptation moderne du terme (opinion selon laquelle les gens agissent de manière autocentrée dans la poursuite d’objectifs étroits). Selon l’ancienne philosophie grecque, le bonheur se trouve dans l’action vertueuse ; les biens du monde extérieur (richesse, renommée, plaisir, ambitions individualistes) sont contre-nature et nuisibles. L’autodiscipline ascétique est la seule voie vers la liberté. Les cyniques sont enclins à partager l’avis des sceptiques selon lequel on ne peut pas savoir grand-chose, voire rien, et qu’il faut se tenir à l’écart des dogmes et des conceptions populaires des choses.


Philosophes : Philosophie chrétienne et arabe

Période : Du premier siècle après J.-C. au dix-septième siècle après J.-C. (pour diverses philosophies chrétiennes)

Pensées : L’avènement de l’Église a suscité de nombreuses questions sur la nature de Jésus, sur la nature de Dieu et de l’univers, la nature de la Trinité, la question de la foi et de la raison (sont-elles naturellement opposées ou naturellement complémentaires ?). La spéculation philosophique déborde sur la spéculation théologique. Les philosophes (par exemple, Origène et Clément, Boèce, Plotin, Augustin, Avicenne, Averroès, Maïmonide, et plus tard Aquin) s’intéressent principalement aux questions religieuses. La plus grande influence sur le christianisme est le platonisme, qui met l’accent sur la supériorité de l’âme (esprit) par rapport à toutes les fonctions matérialistes et corporelles, la croyance en un monde supérieur et transcendant (le paradis pour les adeptes de la religion), la croyance en la Vérité et la Vertu et l’acceptation de Formes immuables et parfaites (Jésus étant la Forme de l’humanité idéale). La philosophie post-hellénistique précoce a atteint son sommet au Moyen Âge, avec la philosophie d’Anselme et d’Aquin et la poésie de Dante.


Philosophes : Période médiévale (Boèce, Abélard, Guillaume d’Ockham, Averroès, Maïmonide, Anselme, Avicenne, Aquin, Dante, Duns Scot, parmi beaucoup d’autres)

Période : Fin du Ve siècle après J.-C. à la moitié du XVe siècle

Pensées : Avènement de la scolastique : stricte adhésion au rationalisme, tendance à s’interroger sur de nombreuses questions théologiques. Idées prévalant à cette époque : question des universels, les nominaliste (par exemple, Guillaume d’Ockham) rejetant totalement les notions métaphysiques de Formes ; idée que Dieu est l’auteur de la connaissance morale et scientifique, le primum mobile de l’univers ; diverses “preuves” de l’existence de Dieu (Anselme : Argument ontologique ; Aquin : 5 Proofs, dont l’un est l’Argument from Design) ; des débats sur l’existence et l’essence ; l’émergence du mysticisme dans certains milieux (par exemple, dans l’enseignement de Meister Eckhart) ; la croyance de nombreux philosophes et tuteurs selon laquelle la raison seule ne peut pas sauver un être humain, que la foi en Dieu et la révélation sont nécessaires. C’est à cette époque que Dante acheva le poème peut-être le plus influent de tous les temps : La Commedia, qui raconte le légendaire voyage du poète à travers l’enfer, le purgatoire et le ciel.


Philosophes : Naissance de la science moderne (Bacon, Copernic, Kepler, Galilée)

Période : Fin du XVe siècle à la fin du XVIIe siècle

Pensées : Les anciennes conceptions du monde sont examinées et révisées (par exemple, la conception ptolémaïque selon laquelle la terre est le centre de l’univers). Copernic, un astronome polonais, a contesté la vision ptolémaïque ; il a déclaré que le soleil était le centre de notre système solaire, et que la terre et les autres planètes tournaient autour de lui. Kepler a cherché à fournir des preuves mathématiques des vues de Copernic. Galilée, un physicien italien, a combiné les mathématiques et la science pour façonner une nouvelle vision scientifique du monde. Il a été le premier à utiliser un télescope, le premier à confirmer que la vision de Copernic était correcte. À cette époque, l’Église considérait l’expérimentation scientifique avec hostilité et agitation ; Galilée a été contraint de rétracter ses vues, ce qu’il a fait sans enthousiasme. Francis Bacon, considéré comme le père de la science en Angleterre, n’a fait aucune découverte réelle (il était avocat, essayiste, philosophe moral et homme de lettres) mais a donné une voix à la méthode inductive de la science et, plus important encore, à l’empirisme (poursuite de la connaissance par l’observation et l’expérience, et non par la seule utilisation de la raison). Cette période a marqué la fin de la scolastique, la croissance de la curiosité et de la liberté intellectuelles, et la croyance, même tacite, que la connaissance de l’univers peut être dérivée non pas de la révélation, comme le pensaient beaucoup de scolastiques, mais de l’investigation et de l’observation directes.


Philosophes : Philosophie moderne (Hobbes, Descartes, Newton)

Période : Du début du 17e siècle au début du 18e siècle

Pensées : Le philosophe anglais Thomas Hobbes a été influencé à la fois par Bacon et par Galilée. Il a entrepris de construire une “science maîtresse” de “la nature, de l’homme et de la société” ; si la connaissance de la nature est possible, a raisonné Hobbes, la connaissance de la nature humaine doit également être à portée de main. Il s’éloigne cependant de l’empirisme et cherche à formuler des principes de conduite humaine. L’état naturel de tous les corps, conclut-il, est le mouvement ; l’univers matériel est la matière en mouvement. La vie est un mouvement dans les membres, les nerfs, les cellules et le cœur ; les sentiments humains, tels que le désir et l’aversion, sont des mouvements soit vers quelque chose, soit en s’en éloignant. Hobbes est surtout connu pour son œuvre Leviathan, qui était une défense du gouvernement absolu. La vie, disait Hobbes, est “solitaire, pauvre, méchante, brutale et courte”. Descartes, connu par beaucoup comme le père de la philosophie moderne, a revisité les thèmes du scepticisme (la seule chose dont il ne pouvait pas douter était sa propre pensée, d’où le cogito ergo sum) ; il a fait des contributions marquantes aux mathématiques (la géométrie cartésienne, telle qu’exposée dans La Geometrie), à la métaphysique (croyance en Dieu et dans le monde matériel, acceptation du dualisme corps-esprit), et à la méthodologie philosophique (Discours sur la méthode).


Philosophes : Deuxième moitié de l’époque moderne (Spinoza, Leibnitz)

Période : Du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle

Pensées :  La pensée cartésienne a eu une influence immédiate : Spinoza et Leibniz ont tous deux partagé la passion du Français pour la rationalisation et ont développé leurs propres systèmes métaphysiques. Comme Descartes, Spinoza et Leibnitz croyaient en un Dieu rationnel et bienveillant. Spinoza a écrit l’Éthique, dont le style a pris la forme d’une analyse géométrique ; il était un déterministe, a nié les causes finales, a cherché à transcender complètement la distinction entre le bien et le mal et, ce qui est peut-être le plus controversé, a assimilé Dieu à la création (la doctrine du panthéisme, dans laquelle chaque matière existante est une manifestation de l’essence divine, est “le corps de Dieu” en un sens). La formulation de Spinoza était Deus Sive Natura (latin : Dieu ou nature). La principale contribution de Leibnitz a été la monadologie, l’étude des monades, ou unités métaphysiques qui composent la substance. Les monades, disait-il, sont les éléments de toutes choses, mentales aussi bien que physiques ; elles sont indivisibles. Elles sont indivisibles. Il n’y a pas deux monades identiques, et les changements dans l’univers se produisent en raison du fonctionnement de chaque monade. Les choses ne sont reliées que par l’intervention de Dieu.


Philosophes : Deuxième moitié de la période moderne (Locke, Berkeley, Hume, Rousseau, Kant, entre autres)

Période : Du milieu du XVIIe siècle au début du XIXe siècle

Pensées : Locke s’est éloigné des notions métaphysiques et a cherché à la place une approche englobant l’empirisme de Bacon et le scepticisme de Descartes. Le but de la philosophie est de formuler et d’analyser des problèmes concrets, a-t-il dit, une vision qui est remarquablement populaire dans les universités aujourd’hui. Locke a nié que les gens naissent avec un savoir inné ; les êtres humains naissent avec une tabula rasa, ou ardoise vide, tout ce qui est connu par la suite provenant de l’expérience sensorielle. Son acceptation du gouvernement constitutionnel (deux traités de gouvernement) a influencé les dirigeants de la Révolution américaine. George Berkeley, un évêque, a attaqué la vision de Locke sur la connaissance et a proposé à la place un système idéaliste (esse est percipi : être, c’est être perçu). La matière, disait Berkeley, n’est en réalité qu’une représentation mentale dans notre esprit. Hume s’est attaqué aux vues de Berkeley sur la connaissance et la réalité et a soutenu que la raison ne peut pas donner certaines connaissances. Il n’y a pas de preuve de causalité, a soutenu Hume ; le point de vue sceptique est le plus sûr à assumer dans toutes les questions de vérité et de connaissance. L’apport de Rousseau se situe moins dans le domaine de l’épistémologie que dans celui de l’éthique et de la philosophie politique (Contrat social, Confessions parmi ses principaux ouvrages). Il croit que les gens naissent bons mais que la société exerce sur eux une influence corruptrice ; comme Locke, il expose la théorie du contrat social. La force motrice de la société est la volonté générale, et elle doit être respectée. Le défi est d’atteindre la liberté au milieu de la corruption et de la mondanité. Les sympathies de Rousseau sont radicales ; il soutient la Révolution française et contribue à une œuvre connue sous le nom de romantisme. Deux courants principaux de la philosophie européenne — le rationalisme de Descartes, Spinoza, Leibnitz et l’empirisme de Locke, Berkeley, Hume — ont été réunis dans l’oeuvre de Kant, peut-être le plus grand philosophe allemand de tous les temps (Critique de la raison pure au même titre que l’éthique de Spinoza). Selon Kant, le monde des choses en soi est inconnaissable ; le monde des apparences, le monde phénoménal régi par des lois, est connaissable. La connaissance transcendantale est impossible. Kant rejette l’argument des empiristes selon lequel toute connaissance est dérivée de l’expérience sensorielle : il pense que des concepts tels que la causalité, la nécessité et l’unité nous permettent d’avoir une connaissance cohérente du monde. Il a accepté l’argument moral de l’existence de Dieu et la doctrine du libre arbitre (“devrait” implique “peut”, a-t-il raisonné). Les actions morales, pensait-il, ne peuvent découler que du sens du devoir (par opposition, par exemple, au résultat des actions, qui peuvent être agréables ou bénéfiques pour quelqu’un).


Philosophes : Les penseurs post-kantiens (Schopenhauer, Fichte, Hegel, Marx, entre autres)

Période : XIXe siècle

Pensées : L’influence de Kant a été immédiate et durable. Schopenhauer pensait que la force motrice de la réalité est la volonté. La connaissance ne dépend pas de la raison mais de la volonté ; pour comprendre la réalité, nous devons regarder vers l’intérieur et non vers l’extérieur. Schopenhauer est le pessimiste le plus célèbre de l’histoire. Il croit que tout effort humain est vain, que la souffrance est omniprésente et que le seul répit est de vivre une vie de renoncement, à la manière des hindous ou des bouddhistes. Hegel a défini l’Absolu (unité de Dieu et de l’Esprit), popularisé l’approche dialectique de la vérité dans laquelle l’affirmation est suivie de la négation, qui à son tour est suivie de la synthèse. Hegel a soutenu que le monde extérieur est l’esprit : il n’y a pas de véritable pont entre l’esprit connaissant et ce que l’esprit connaît. Hegel a développé un corps influent de théorie politique dans lequel l’État est la manifestation suprême de la rationalité et de la moralité ; cette doctrine a ensuite influencé les ordres politiques communistes et fascistes. Hegel a exercé une énorme influence sur Marx, qui s’est emparé de la notion de dialectique de son prédécesseur (pour Hegel, le processus dialectique est un processus d’idées, une transition constante de la conscience d’un état inférieur à un état supérieur, un processus en constante évolution dans l’histoire ; pour Marx, le processus dialectique est matériel, économique, impliquant un conflit de classes et une révolution). Marx exorcisait la religion, adoptait une perspective déterministe et, surtout, considérait les conflits de classe et les disparités économiques dues au capitalisme comme les caractéristiques de la société industrielle. Son nom est synonyme du Manifeste communiste, mais il a écrit sur un large éventail de sujets (le Capital et le XVIIIe Brumaire sont deux de ses nombreux ouvrages importants).


Philosophes : La philosophie humaniste et la croissance de la science moderne (Comte, J.S. Mill, Darwin)

Période : XIXe siècle

Pensées : On attribue au philosophe français Auguste Comte le développement de la philosophie positive, ou positivisme, l’idée que la métaphysique est une entreprise vide de sens et que la philosophie devrait s’inspirer de la méthode scientifique : définir et résoudre des problèmes, s’appuyer sur l’observation et l’expérimentation pour guider ses recherches. Le positivisme de Comte a eu plus d’influence que sa tentative de créer une nouvelle religion ; cette dernière, qu’il a appelée une religion de l’humanité, était de portée laïque et n’a pas réussi à gagner beaucoup de convertis. Les écrits de Comte ont influencé John Stuart Mill, un économiste, éthicien, logicien et théoricien politique anglais. Influencé par son père, James Mill, et par Jeremy Bentham, J.S. Mill a défendu la liberté d’expression (dans son classique On Liberty), s’est battu pour les droits des femmes (The Subjection of Women) et a fait progresser l’utilitarisme qualitatif en tant que philosophie morale. Darwin, un autre Anglais, est bien sûr surtout connu pour The Origin of Species, un ouvrage faisant progresser la théorie de l’évolution et la doctrine de la sélection naturelle. Selon Darwin, les espèces les mieux adaptées à leur environnement sont celles qui réussissent le mieux à se reproduire et, par conséquent, à se propager. Avec le temps, les espèces seront plus avancées, plus évoluées. La ramification philosophique la plus importante à l’époque de Darwin a été l’affaiblissement de l'”argument du dessein” (déduire l’existence de Dieu à partir de l’ordre, du dessein et du but dans le monde ; là où il y a de l’ordre, il doit y avoir un ordonnateur). La théorie de Darwin est aujourd’hui chaleureusement acceptée par la science dominante, bien qu’il existe de nombreuses écoles de pensée sur l’évolution.


Philosophes : Nihilisme et existentialisme (Kierkegaard, Nietzsche, Heidegger, Sartre, entre autres ; idées également incarnées dans l’œuvre littéraire, par exemple Dostoïevski, Kafka, Hesse)

Période : XIXe et XXe siècles

Pensées : Existentialisme : l’idée que l’existence précède l’essence, qu’il n’y a pas de sens, de valeur ou de vérité à la vie a priori. Kierkegaard, réputé “fondateur” de l’existentialisme : la peur et l’anxiété nous font prendre conscience de l’Être ; dans “la peur et le tremblement” nous saisissons le sens de l’existence et de la mort. La réponse de Kierkegaard : la foi en Dieu, qui peut nous délivrer de notre détresse. Heidegger : l’idée de la mort provoque la peur du néant ; les gens se cachent dans des routines inauthentiques ; ils cherchent à renoncer à leur liberté d’action. Nous sommes essentiellement seuls, dit Heidegger ; nous venons au monde seuls et nous en sortons seuls. Sartre : l’être humain est unique parce qu’il peut à la fois agir et en être conscient. Tout ce que nous faisons peut être l’objet d’une prise de conscience consciente ; la peur profonde que les autres se rapportent à nous comme si nous étions des objets, nous réduit à rien. Notre vie n’a pas de sens a priori, aussi l’effort le plus profond consiste-t-il à nous définir dans un monde aléatoire et contingent. Cela provoque de l’anxiété, tout comme le fait inévitable de la mort. Les thèmes existentialistes sont brillamment saisis dans les romans suivants : Le procès de Kafka, Le loup-garou de Hesse et La nausée de Sartre. Nihilisme : du latin nihil, qui signifie “rien” ; rejet des prétentions à la vérité, au bien et au mal, au but et à la signification du monde. L’esprit du nihilisme est décrit de façon plus précise dans La volonté de puissance de Nietzsche. Nietzsche distingue la moralité du maître de la moralité de l’esclave ; le christianisme, entre autres religions, entre dans cette dernière catégorie (la moralité de la faiblesse). Nietzsche : Ni la vérité ni les faits n’existent ; tout est interprétation. Le seul espoir de l’humanité pour l’avenir est de transcender l’influence de la religion et de la mauvaise philosophie et d’embrasser l’Ubermensch, un héros vaguement défini avec des traits nettement puissants (le mélange de traits apolloniens et dionysiaques : par exemple, l’intellect de Shakespeare, la volonté de Napoléon).


Philosophes : Philosophie américaine (Peirce, James, Royce, Santayana, Dewey, entre autres)

Période : XIXe et XXe siècles

Pensées : C.S. Peirce donne naissance au pragmatisme (doctrine qui considère la vérité comme l’efficacité d’une idée utilisée comme hypothèse ; le test de la vérité est de savoir si l’idée fonctionne lorsqu’elle est testée par l’expérience) ; William James développe la doctrine (la métaphysique est l’ennemi du pragmatiste ; le but du pragmatisme est d’être clair et précis dans sa pensée ; la doctrine est de nature empirique). Avec son accent sur le pratique, son instrumentalisme, le pragmatisme semble convenir parfaitement à l’Amérique industrielle. James fait des contributions marquantes en psychologie (Principles of Psychology), en épistémologie et en morale (The Will To Believe) et dans les études religieuses (Varieties of Religious Experience). James plaide avec passion en faveur de la foi religieuse. George Santayana est un philosophe étrange : né en Espagne, il a grandi à Boston, il a été influencé principalement par les Grecs (surtout Platon) et par Spinoza ; il déteste la doctrine pragmatique mais se voit toujours, au fond, comme un matérialiste. Les principaux ouvrages de Santayana (ouvrages critiques tels que l’égoïsme dans la philosophie allemande, la Vie de la raison en 5 volumes et les royaumes de l’être en 4 volumes). Peut-être le philosophe le plus articulé de la langue anglaise (il est regrettable que le monde ne se souvienne de GS que par un aphorisme : “ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter”). Dewey, un autre pragmatiste, mais qui ne partageait pas l’affection de James pour la religion ni l’intérêt de Peirce pour la critique métaphysique. Dewey est surtout connu pour ses contributions progressistes à l’éducation et sa critique ouverte de la culture américaine. Ses principales œuvres : Démocratie et éducation, Nature humaine et conduite, et La quête de la certitude.


Philosophes : Période moderne / présent

Période : XXe siècle

Pensées : Volets philosophiques dominants : pragmatisme, philosophie analytique, existentialisme, nihilisme, postmodernisme.

Dernière mise à jour le 2020-08-03. Liens et images fournis par Amazon Product Advertising API

Libraire de formation et de passion, comme dirait Stephen King "Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi.” :)

Écrire un commentaire

Pinterest