Conseils & Guides

Comment choisir son robot tondeuse ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Vous voudriez savoir quels sont les critères clés à prendre en compte au moment de l’achat d’un robot tondeuse ? Grâce à ce guide pas à pas, vous serez en mesure de comparer les modèles qui vous ont tapé dans l’œil, et de déterminer aisément quels sont les produits offrant le meilleur rapport qualité-prix.

 

Votre jardin : l’élément central

Avant de continuer, sachez que selon la surface et l’inclinaison de votre jardin, vous n’allez pas choisir le même modèle. Ce sont ces deux paramètres qui vont vraiment définir ce qui est pertinent pour vous, alors gardez-les en tête.

Le but, ce n’est pas forcément de trouver la meilleure tondeuse robot dans l’absolu. Ce qui compte, c’est plutôt que le produit retenu convienne bien aux exigences propres de votre terrain.

 

Les différentes caractéristiques à étudier

Voici toutes les caractéristiques sur lesquelles il est vraiment capital de vous renseigner avant de passer à l’achat.

Le prix

L’offre est extrêmement variée, et les prix vont de 500€ pour les modèles d’entrée de gamme petite capacité à 20000€ pour certaines tondeuses robot particulièrement puissantes conçues pour l’entretien de terrains de sport.

Mais, en règle générale, il faut vous attendre à dépenser entre 1300 et 2000€ pour que votre machine convienne à un terrain de superficie moyenne et plutôt plat.

Le prix moyen est proche de 1500€.

 

Le taux d’inclinaison géré

Il est affiché en pourcentages (%) ou en degrés (°). Il faut le prendre en compte si votre terrain est pentu. Sachez qu’il peut faire grandement augmenter le prix d’achat, puisqu’un robot traitant un terrain en pente a besoin de plus de puissance.

Inutile, cependant, si votre terrain est plat, de chercher un appareil bien adapté aux pentes : ce serait une dépense supplémentaire inutile.

 

La méthode de déplacement

On compte trois méthodes de déplacement principales.

  • Le cheminement aléatoire : il est géré grâce à deux câbles, que l’on appelle câble guide et câble périphérique. Il requiert une installation. La machine circule de façon aléatoire dans une zone prédéfinie. C’est la technologie la plus répandue, même si elle manque parfois de précision.
  • Le déplacement en spirale : le robot part d’un point central et tourne plus ou moins autour. Vous êtes assuré(e) de couvrir toute la surface du terrain, mais la batterie risque aussi de s’épuiser plus vite.
  • Le contrôle par GPS : c’est le mode de déplacement le plus simple et le plus sophistiqué, mais aussi le plus cher. Il n’y a généralement pas besoin de câbles. C’est vous qui définissez la trajectoire de l’appareil, par exemple via une application.

 

La connectivité et la programmation

Les robots tondeuse peuvent utiliser le Bluetooth, le GSM ou le Wifi.

Elles fonctionnent souvent grâce à une application mobile. Chaque constructeur propose la sienne : vous pouvez vous faire une idée de l’intuitivité et des fonctionnalités en lisant les avis sur l’Apple Store ou sur Google Play.

En règle générale, il est possible de définir des périodes de tonte.

Certains modèles offrent aussi la configuration multizones.

Vous pouvez aussi recevoir des alertes et des notifications concernant les incidents de sécurité.

Si vous optez pour une tondeuse non connectée, vous allez devoir réaliser la configuration manuellement via un écran situé sur la machine ou une télécommande : cela fonctionne aussi, mais force est de reconnaître que c’est moins intuitif et pratique.

 

La largeur et la hauteur de coupe

Vous pouvez rencontrer les expressions largeur de coupe ou largeur de lame, mais l’idée reste la même : savoir sur quelle quantité de pelouse la tondeuse agit en un seul passage. Ici, pas de secret : cherchez la valeur la plus élevée possible.

Pensez aussi à vérifier, si elle est indiquée, la hauteur de coupe : c’est la taille maximale de l’herbe que l’appareil est en mesure de tondre.

 

L’autonomie, la surface gérée et le temps de charge

L’autonomie est un critère clé sur toutes les machines. Mais elle est plutôt indiquée en termes de surface gérée par le robot que de temps. Rien de compliqué pour faire votre choix ici non plus : calculez la surface de votre jardin, ajoutez 1/5e de ce nombre en plus , et choisissez un robot capable de gérer au moins cette superficie.

Notez que pour vous faire une idée plus précise de l’autonomie, vous pouvez vérifier la valeur Ah (ampère-heure) affichée pour la batterie : plus elle est élevée, plus l’autonomie a de chances d’être marquée.

Enfin, veillez à ce que le temps de charge ne soit pas trop long.

 

La batterie et la puissance

Première chose à vérifier : est-ce que vous pouvez changer la batterie vous-même ? Si ce ne pas le cas, quand il sera temps de la remplacer, vous allez devoir vous orienter vers un professionnel sous peine de perdre vos garanties.

Ensuite, il faut étudier le type de batterie. Mais là non plus, il n’y a pas besoin de réfléchir longuement. Préférez les batteries au lithium. Ce sont celles qui peuvent se recharger le plus (1000 fois) et qui offrent les meilleures performances.

Pour ce qui est de la puissance, vous avez deux indicateurs :

La puissance moteur est exprimée en watts ou en chevaux sur les modèles extrêmement performants. Le mieux est de rechercher une tondeuse adaptée à la superficie de votre jardin et offrant une grande puissance relativement à celle-ci.

La tension de la batterie est aussi une piste : si elle est élevée, cela peut se traduire par de meilleures performances. Ce n’est toutefois pas toujours vrai.

 

Les options de sécurité

Parmi les options de sécurité quasiment indispensables, comptez :

  • L’arrêt automatique ou la redirection en cas de choc. Normalement, on ne laisse pas l’appareil fonctionner s’il y a des enfants ou des animaux dans le jardin, mais un accident est vite arrivé. Mieux vaut prévenir que guérir.
  • Le code PIN, à saisir à chaque utilisation et à intervalles réguliers. C’est la principale protection contre le vol des modèles dotés d’un câble périphérique.
  • La géolocalisation peut aussi être perçue comme une option de sécurité, puisque dans le cas, assez improbable, où votre machine serait subtilisée, vous pourrez la retrouver aisément.
  • Le châssis supplémentaire. Certains modèles sont équipés d’un châssis renforcé qui assure à la fois une meilleure sécurité des usagers et une protection renforcée des roues, du carter et des composants sensibles.

 

Les éléments à remplacer et les frais afférents

Il y a quelques éléments qu’il faudra parfois changer sur votre appareil.

  • La batterie. La durée de vie estimée par les fabricants est souvent de 2 ans. En pratique, avec un bon entretien, c’est souvent plus. Une batterie coûte plusieurs centaines d’euros.
  • Les lames. C’est ce que vous allez devoir changer le plus souvent, alors pensez absolument à vérifier si le prix du matériel vous convient. Les lames doivent être remplacées tous les 2 mois sur la majorité des modèles d’entrée de gamme.

En revanche, quelques références haut de gamme exigent un remplacement moins fréquent, même si l’affûtage régulier reste quoi qu’il en soit nécessaire.

  • Les roues. On les change moins fréquemment, mais cela arrive tout de même. Elles peuvent être en plastique et bon marché mais moins solides, ou en gomme : elles ont alors un prix plus élevé mais une bien meilleure durabilité.

 

Nous espérons que ce guide va faciliter votre choix ! Si vous avez d’autres questions, ou que vous avez des remarques à faire, nous lirons vos commentaires avec plaisir. Vous pouvez aussi nous contacter directement via le formulaire dédié.

Écrire un commentaire

Pinterest