Livres

Quel est le meilleur livre sur le vin en 2020 ? – Comparatif, guide et avis

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Au cours des 150 dernières années, la vinification a été totalement révolutionnée en tant qu’art et science. Avec l’accès à la réfrigération, il est devenu facile pour les caves de contrôler la température du processus de fermentation et de produire des vins de haute qualité.

Vous voulez en savoir plus sur le vin, son histoire, ses origines, ses différents types et comment le déguster ? Vous trouverez ici tout ce dont vous avez besoin pour approfondir votre connaissance du vin !

Vin

Les 10 meilleurs livres sur le vin

Vous voulez être sûr(e) de ne pas être déçu(e) dès les premières pages ? Alors choisissez parmi cette sélection des meilleurs livres sur le vin, basée sur les avis de plusieurs centaines de lecteurs et lectrices !

No. 1
Le vin c'est pas sorcier - Edition 2020
10 Commentaires
Le vin c'est pas sorcier - Edition 2020
  • Neiman, Ophélie (Author)
  • 276 Pages - 09/11/2019 (Publication Date) - Marabout (Publisher)
No. 2
Le grand Larousse du vin
14 Commentaires
Le grand Larousse du vin
  • vins|Olivier Poussier|9782035959676
  • Collectif (Author)
  • 656 Pages - 08/22/2018 (Publication Date) - Larousse (Publisher)
No. 3
Le Petit Larousse des Vins: Découvrir . Reconnaître . Déguster
8 Commentaires
Le Petit Larousse des Vins: Découvrir . Reconnaître . Déguster
  • 976 Pages - 08/23/2017 (Publication Date) - Larousse (Publisher)
No. 4
Le grand cours de dégustation
16 Commentaires
Le grand cours de dégustation
  • Ecole du vin (Author)
  • 384 Pages - 11/14/2018 (Publication Date) - Hachette Pratique (Publisher)
No. 5
Guide des meilleurs vins de France 2020
9 Commentaires
Guide des meilleurs vins de France 2020
  • Poels, Olivier (Author)
  • 800 Pages - 08/22/2019 (Publication Date) - La Revue du vin de France (Publisher)
No. 6
Routes des vins dans le monde - 50 itinéraires de rêve
  • Richard, Nathalie (Author)
  • 203 Pages - 10/24/2019 (Publication Date) - Ulysse (Publisher)
No. 7
Les accords mets et vins
30 Commentaires
Les accords mets et vins
  • Bompas, Olivier (Author)
  • 256 Pages - 09/02/2015 (Publication Date) - Hachette Pratique (Publisher)
No. 8
Histoire des vins de France
6 Commentaires
Histoire des vins de France
  • 228 Pages - 10/12/2017 (Publication Date) - Editions De Borée (Publisher)
No. 9
Le petit livre du sommelier
13 Commentaires
Le petit livre du sommelier
  • de Cerval, Gwilherm (Author)
  • 368 Pages - 09/25/2019 (Publication Date) - Marabout (Publisher)
No. 10
La Sommellerie de Reference
  • 744 Pages - 06/01/2019 (Publication Date) - Editions Bpi (Publisher)

 

Introduction à l’histoire du vin

Le vin est une boisson populaire de l’humanité depuis des milliers d’années. Notre penchant naturel pour cette boisson provient de son goût merveilleux, de ses propriétés nutritives et surtout de ses effets psychotropes (enivrants).

De toutes les boissons alcoolisées, aucune n’a eu un tel impact sur la société. Le commerce du vin entre les cultures a ouvert la voie à la diffusion des idées religieuses et philosophiques à travers l’Europe. Le vin est aussi fréquemment mentionné dans la bible de Noé et de ses vignes de raisin à Jésus, comme peut-être le meilleur vigneron à ce jour.

Aujourd’hui encore, le vin est utilisé dans l’Église catholique comme substitut du sang du Christ, ce qui témoigne du rôle clé que la boisson a joué dans les années passées. Il y a des siècles, une industrie vitivinicole était aussi la marque d’un pays de prévoyance, car seules les sociétés développées pouvaient soutenir une industrie viticole prospère et compétitive. On dit souvent que la société occidentale a construit ses fondations sur le vin.

a church interior

Quand le vin a-t-il été créé pour la première fois ?

Personne ne peut en être sûr, mais il existe une ancienne fable persane qui reconnaît une femme comme la découvreuse du vin. Selon la fable, c’était une princesse qui avait perdu la faveur du roi. La honte était si écrasante qu’elle a mangé des raisins de table qui s’étaient gâtés dans leur bocal pour tenter de mettre fin à ses jours.

Son suicide ne s’est pas déroulé comme prévu – au lieu de glisser dans un sommeil éternel, elle est devenue étourdie, intoxiquée et s’est évanouie. Quand elle s’est réveillée, elle a constaté que tous les problèmes de sa vie semblaient avoir disparu. Elle a continué à manger les raisins abîmés et son humeur a tellement changé qu’elle a regagné la faveur du Roi.
Bien qu’il s’agisse d’un récit agréable, la découverte accidentelle du vin s’est probablement produite plusieurs fois dans différentes régions, mais ce qui est sûr, c’est que l’invention du vin est le fruit du hasard.

 

Des fossiles vieux de 60 millions d’années

Le premier signe du vin que nous connaissons et aimons tous remonte à des fossiles vieux de soixante millions d’années, ce qui signifie que nos ancêtres préhumains ont peut-être réalisé que des raisins plus vieux auraient été plus désirables. On peut aussi l’observer chez nos amis les animaux d’aujourd’hui, qui ont tendance à préférer les fruits plus mûrs.

Les premiers restes de vin ont été découverts sur le site de Hadji Firuz Tepe, dans le nord des montagnes de Zagros en Iran. Le vin remonte à la période néolithique (8500-4000 av. J.-C.). La datation au carbone a confirmé que le vin provenait d’une période comprise entre 5400 et 5000 ans avant Jésus-Christ.

fossilised ammonite

Bien que l’on n’ait pas encore trouvé de vin datant de plus tôt, on pense que l’art de la vinification a commencé peu après 6000 av. J.-C. On pense que c’est la date d’une des créations les plus importantes de l’humanité, car les habitants de ces régions avaient réussi à créer des établissements permanents par la domestication d’animaux et de végétaux.

C’était une situation de vie beaucoup plus stable que le mode de vie nomade, que la plupart des humains utilisaient actuellement. Cette stabilité a permis aux gens d’expérimenter leur cuisine et leurs boissons. Certains de nos plats et boissons préférés que nous apprécions encore aujourd’hui ont été développés à cette époque, y compris la bière et bien sûr le vin.

C’était une situation de vie beaucoup plus stable que le mode de vie nomade, que la plupart des humains utilisaient actuellement. Cette stabilité a permis aux gens d’expérimenter leur cuisine et leurs boissons. Certains de nos plats et boissons préférés que nous apprécions encore aujourd’hui ont été développés à cette époque, y compris la bière et bien sûr le vin.

 

Le vin et les anciens Egyptiens

Maintenant, nous sautons quelques milliers d’années en avant vers l’ère prédynastique des pharaons égyptiens, quand le vin se répandait dans le monde antique. Les hiéroglyphes de cette époque montrent que la consommation excessive d’alcool n’est peut-être pas un problème si moderne, car apparemment les pharaons ne semblaient pas se soucier tant de la qualité – mais plutôt de la quantité.

Même les pharaons ont de mauvais jours !

Cependant, le vin que les Égyptiens buvaient était un lointain par rapport au vin que nous connaissons aujourd’hui. Les Égyptiens utilisaient des raisins blancs, roses, verts, rouges et bleu foncé, ainsi que des figues, des palmiers, des dattes et des grenades. Donc, comme vous pouvez l’imaginer, le goût aurait été complètement différent de ce à quoi nous nous attendions lorsqu’on nous sert du vin aujourd’hui. L’élaboration du vin à partir de différents fruits est essentiellement la même que celle du raisin, à l’exception du sucre qui est ajouté pour faciliter la fermentation.

Les Égyptiens utilisaient des treillis, qui étaient protégés de la lumière du soleil (parce que la lumière est trop intense en Égypte) et ils savaient aussi que les 100 derniers jours avant la récolte étaient les plus importants.

white roses red wine bottles

Une fois les raisins récoltés, ils étaient transportés dans une grande cuve de pressurage. Les Égyptiens pressaient les raisins en les piétinant, plutôt que d’utiliser un pressoir en pierre pour écraser les graines et les tiges, ce qui donnait un goût amer au vin obtenu.

Il y a eu ensuite un second pressurage du vin dans un marécage de lin oblong. Ce marécage était tendu sur un cadre en bois massif alors que quatre hommes étiraient le linge d’un côté, tandis qu’un cinquième s’assurait qu’aucun du précieux vin n’était renversé.

Les Égyptiens avaient plusieurs qualités de vin :

  • Libre passage : Peu de ce vin a été récolté, mais c’était un vin très doux et de longue conservation.
  • Premier moût de vin : Ça venait du piétinement et représentait environ les 2/3 du jus.
  • La deuxième manche : C’est dû au pressurage supplémentaire.

Ces 3 qualités peuvent être mélangées pour obtenir différents types de vins (rouge, blanc, sec ou doux par exemple). Ces 3 différentes qualités de vin ont ensuite été laissées dans une cuve pour fermenter.

 

Le processus de fermentation égyptien

La fermentation est la transformation du sucre du raisin en alcool. Au cours de ce processus, la levure libère des enzymes qui se lient et réagissent avec le sucre pour produire de l’alcool (éthanol). La quantité d’alcool dépend évidemment de la quantité de sucre.

Le pourcentage maximum d’alcool dans lequel la levure peut survivre est d’environ 15%. Tout reste de sucre ajoutera de la douceur à la boisson. Pour obtenir une boisson de consistance légère, elle ne fermente que quelques jours (quelques jours). Par contre, si vous voulez un produit final lourd, il fermente longtemps (plusieurs semaines) et est chauffé car cela accélère la transformation du sucre.

Pour ajouter de la couleur et de l’amertume au vin, les graines, les tiges et les tiges peuvent avoir été laissées dans le moût. Cela signifie que pour faire un vin rouge, la couleur n’aurait pas été seulement la couleur du raisin. Les composites de la vigne ont été inclus dans le moût. Le vin, plutôt granuleux, était ensuite filtré à travers le linge pour éliminer les tiges et les autres solides. Le vin a ensuite été mis en bouteille et scellé avec de la boue et des roseaux. Le vin serait scellé quelques jours avant d’être transformé en vinaigre.

Il semble que les pharaons étaient particulièrement friands de la boisson, car c’est devenu leur préférence de prendre dans l’au-delà.

À cette époque, le vin était presque exclusivement destiné à la royauté et ne servait qu’à des occasions spéciales comme les festivals. Cependant, il avait aussi des utilisations médicales comme sédatif pour les femmes pendant l’accouchement et comme antiseptique.

Lorsqu’ils scellaient leur vin, les Égyptiens faisaient une impression dans la cire. C’était l’équivalent des étiquettes de vinificateur que nous avons aujourd’hui.

 

Les Grecs et leur histoire d’amour avec le vin

Les Grecs furent les prochains à porter le flambeau de ce grand commerce. Les premiers signes du vin en Grèce étaient les répliques de pressoirs à vin trouvées dans les tombes de Crète et datent de 3000 avant JC à 2000 avant JC.

On croit que les commerçants phéniciens introduisirent les Grecs aux joies du vin. Après que les Phéniciens aient fait cette faveur aux Grecs, les industries vinicoles se sont établies dans la plupart des pays d’Europe occidentale. Alexandre le Grand a également introduit la boisson en Asie (Un homme vraiment GRAND).

Alors, la prochaine fois que vous rencontrerez un Grec, remerciez-le de nous avoir fait la plus grande faveur de tous les temps. Les Grecs connaissaient les bienfaits nutritionnels de la consommation de vin, ce qui est une excuse que nous utilisons tous encore aujourd’hui ! Dans la Grèce antique, le vin était si important qu’il a développé un statut religieux. Ils appréciaient beaucoup le vin et l’appelaient “Le jus des dieux”. Il n’aurait pas pu mieux décrire. Il y a aussi le dieu grec du vin, Dionysos, qui est le fils de Zeus et l’un des dieux les plus adorés.

Les Grecs utilisaient le vin pour atteindre la clarté d’esprit lors d’un symposium (un rassemblement où des sujets philosophiques prédéterminés étaient discutés).

Ils ne boiraient jamais de vin comme certains le font aujourd’hui et l’ivrognerie était mal vue. C’est une bonne indication du degré d’enracinement des traditions viticoles dans la culture du vin. L’épopée de l'”Iliade” d’Homère et la mention fréquente du vin dans cette épopée en sont une autre bonne indication.

En regardant les pays où les Grecs ont introduit la viticulture, on peut se faire une idée vague de la façon dont les Grecs anciens fabriquaient le vin et du goût qu’il pouvait avoir. Un autre indice de la saveur du vin est la survivance des variétés grecques telles que Limnio, Athiri, Aidani et Muscat.

Le vin grec ancien est devenu si populaire en Europe que les boutures de vigne à partir des raisins de la Grèce, afin qu’ils puissent cultiver leur propre vin de qualité. Cela signifie, bien sûr, que de nombreux cépages que nous connaissons aujourd’hui sont issus des cépages grecs.

On sait que les régions de Hios, Thassos et Levos produisaient toutes du vin de haute qualité, alors que les vins de Samos étaient de mauvaise qualité. Les Grecs ont tous compris que l’écosystème jouait un rôle clé dans les caractéristiques du vin qui en résultait. Ils ont été les premiers à créer leurs propres appellations d’origine, toute personne surprise en train de les violer a été sévèrement sanctionnée.

Les Grecs de l’Antiquité appréciaient beaucoup le vin doux, tout comme les Grecs d’aujourd’hui. C’était peut-être dû à son pouvoir de résistance, mais sa popularité provenait plus probablement de sa douceur et de son taux d’alcool plus élevé. Ce n’est pas un secret bien gardé que les Grecs aiment mélanger leur vin avec de l’eau (y compris l’eau de mer étonnamment) et ajouter du miel et des épices. Cela nous montre à quel point les traditions viticoles étaient profondément ancrées dans la culture du vin.

Les Grecs anciens tapissaient les amphores de résine d’arbre, ce qui lui donnait un goût très particulier. On pense qu’il s’est développé dans le vin Grecs et une grande partie du monde boire et apprécier aujourd’hui, connu sous le nom de retsina.

 

Les Grecs et leur histoire récente du vin

Pendant l’occupation turque, l’industrie vitivinicole grecque a failli disparaître, les Turcs musulmans décourageant l’industrie vinicole et les viticulteurs lourdement taxés. Cela signifie que de nombreux agriculteurs ont fait faillite et que les seules personnes qui ont été exclues de la lourde taxe étaient des moines.

Heureusement, les monastères ont maintenu l’embarcation en vie en Grèce pendant les 400 ans qu’elle a été occupée. Les Grecs accèdent alors à l’indépendance en 1821. Les agriculteurs grecs ont commencé à remplacer leurs vignes par des vignes produisant des raisins secs, car il y avait une forte demande de la part de la France, dont les vignes avaient été dévastées par l’insecte Phylloxéra.

Après la reprise de la France, la demande de raisins secs a diminué et les Grecs ont recommencé à cultiver de la vigne. Malheureusement, il y eut alors une série de guerres (la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et la Guerre civile grecque). Cela a empêché l’établissement d’un commerce du vin stable jusqu’en 1949.

Au début, les vignerons produisaient du vin de table standard et il semblait que la nation qui avait été la première à produire de bons vins ne retrouverait jamais sa gloire d’antan. Heureusement, les vignerons grecs sont en plein essor et avec un arsenal de 300 cépages indigènes différents – chacun avec des saveurs très distinctives – ils vont bientôt reprendre leur place parmi les premiers producteurs et distributeurs mondiaux de vins de qualité.

La seule chose qui reste pour les Grecs qui reviennent triomphalement au sommet, c’est la promotion de la viticulture de qualité auprès des agriculteurs grecs, et de faire savoir au monde entier que les Grecs sont de retour.

 

Le voyage du vin romain

Le groupe suivant qui commença à développer la viticulture et la croissance réelle de la vigne vers l’an 1000 avant Jésus-Christ était, en fait, une colonie grecque qui était devenue si forte qu’elle était devenue indépendante des Grecs.

Si vous ne l’avez pas encore deviné, je fais bien sûr référence aux Romains. Les Romains ont apporté une contribution majeure à la science de la vinification. Ils ont fait d’énormes progrès dans le classement de nombreux cépages. Ils ont aussi inventé le tonneau à vin en bois. Il s’agit d’un développement énorme compte tenu du type de bois utilisé pour la fabrication du tonneau, qui confère au vin ses propres saveurs distinctes. De plus, les barriques permettent au vin de s’évaporer un peu pendant l’élevage.

An amphora

Je reviendrai sur le processus de vieillissement en cercueils quand on couvrira les Français, car ils ont perfectionné la technique. Il est important de se rappeler que les Romains ont jeté les bases. On pense aussi que les Romains ont été les premiers à utiliser des bouteilles de verre pour le vin. La plus ancienne bouteille de vin trouvée date de 325 après JC. Le liège avait été inventé à l’époque, mais les Romains préféraient conserver leur vin en y faisant flotter une couche d’huile d’olive. Ils ont classé de nombreuses maladies qui affligent le raisin.

Au début, les Romains n’aimaient pas le vin et en envoyaient aux Gaulois barbares, si friands de la boisson, tout ce qui était produit de l’autre côté des Alpes. Les Romains préféraient boire de la bière et de l’hydromel, à cause de leur passé guerrier. Le vin n’a pas vraiment décollé avant le pillage de Carthage en 146 av. J.-C., car avec le pillage, ils ont aussi acquis le premier livre sur la vinification.

Puis Cato, (qui avait poussé à l’attaque de Carthage) écrivit un livre sur la vinification (qui lui fit une fortune), intitulé’De Agi Cultura’. Grâce à ce livre, la bière et l’hydromel appartenaient au passé et le vin était la boisson du futur.

Après encore cent ans, il y aurait des régions définies pour la vinification. Apparemment, les régions les plus recherchées étaient le Palatinat et la Cécubine, mais elles ont disparu après seulement 50 ans à cause des travaux publics néroniens. Si le vin était aussi bon qu’on le prétend, cela prouve de manière concluante que l’état mental de l’empereur Néron était vraiment très mauvais.

Les Romains, tout comme les Grecs, aimaient les beuveries où se tenaient des débats philosophiques et des lectures de poésie. La différence dans ces fêtes était que les Romains avaient tendance à s’enivrer et que les filles qui dansaient et les orgies étaient aussi une partie normale de la nuit.

Le maître de cérémonie choisissait le type ou l’assemblage du vin, la quantité d’eau à mélanger avec le vin et appelait les toasts. Bref, il avait le meilleur travail à la fête. Les gens qui assistaient à ces fêtes étaient riches, mais les pauvres y recevaient aussi une bonne part du vin. Au théâtre et aux jeux, il y avait une boisson appelée muslum, qui se composait de vin bon marché mélangé à du miel. Cette aide a été fournie par des politiciens qui avaient besoin d’aide pour les prochaines élections. Si seulement notre député en faisait autant !

Le vin n’était pas seulement pour le plaisir et il avait aussi un rôle important dans la religion. Il a également été consommé en grande quantité lors des funérailles funèbres au cimetière. Le vin était versé dans les tombes par des orifices spécialement conçus pour que les morts puissent partager le vin avec les vivants. Le vin continue de jouer un rôle important dans la religion catholique.

Personne ne peut dire quel était le goût du vin romain, mais comme pour les Grecs, on peut se faire une bonne idée du goût du vin fait à partir des variétés de raisins qui ont survécu.

Personnellement, je préférerais laisser le mystère de la saveur du vin romain comme tel ; un mystère. L’autre grande contribution que les Romains ont donné à la vinification a été que chaque province qu’ils ont conquis, donc la plupart de l’Europe occidentale, ils ont établi une industrie du vin. Au fur et à mesure que l’empire s’est développé, le vin de leur province a commencé à rivaliser avec les vins produits à Rome, en particulier au Portugal qui est devenu célèbre pour son vin.

Les Romains lui donnèrent donc l’honneur de l’appeler Lusitania, du nom de leur Dieu du vin Lyssa (Bacchus). La quantité de vin produite était si grande qu’en 92 après J.-C., l’empereur Domitien décréta que la moitié des vignes en dehors de Rome devaient être arrachées.

Le vin est toujours un élément important de la culture italienne et il est pris très au sérieux, comme le montre très bien ce proverbe italien : “Un tonneau de vin peut faire plus de miracles qu’une église pleine de saints.” Lorsque l’Empire romain tomba en 476 après J.-C., l’Europe de l’Ouest fut plongée dans l’âge des ténèbres et la vinification ne fut maintenue en vie que par l’Église catholique romaine.

 

Même les moines étaient des défenseurs du vin

Les moines (en particulier les moines bénédictins) répandent la connaissance du vin encore plus loin, car le vin était nécessaire pour la Sainte Communion. L’Église l’a transportée à travers toute l’Europe, répandant pour ainsi dire la “bonne nouvelle”.

Le seul problème était que le vin qu’ils distribuaient était fortement édulcoré, car l’Église n’aimait pas l’ivrognerie (les sports de débauche). Finalement, l’aristocratie française se chargea de la vinification à côté de l’église.

En 1725, Bordeaux avait déjà classé les meilleurs vins rouges qu’il produisait, mais ce n’est qu’en 1855 qu’un classement officiel basé sur les prix fut créé. Ce classement divise les vins en jusqu’à 5 classes ou crus.

Tout cela s’est brusquement arrêté au début de la Révolution française en 1789, à la fin de laquelle, en 1799, le pouvoir était aux mains du peuple. Mais le plus important, c’est que les vignes aussi. La République française nouvellement fondée supprima tous les privilèges féodaux que le clergé catholique et les nobles possédaient. Les nobles qui n’ont pas réussi à s’enfuir ont aussi perdu la tête.

Toute l’église et les terres nobles ont été reprises et les vignes étaient maintenant entre les mains des paysans. C’était crucial pour le développement du vin, car maintenant les vignobles étaient en compétition et les moyens d’existence des propriétaires dépendaient du succès des vignobles.

Dans les années 1800, les vignobles français ont été dévastés par de nombreuses maladies, mais le Phylloxera a été le principal ennemi de la vigne. C’est un insecte qui s’attaque aux racines des plantes (c’était au moment où les Grecs ont commencé à cultiver les raisins secs). Sans l’utilisation de porte-greffes américains (immunisés contre le phylloxéra) greffés sur des vignes françaises, de nombreux cépages que nous connaissons aujourd’hui auraient disparu. Chaque vignoble a été replanté et maintenant immunisé contre le redouté phylloxéra.

 

La création du champagne

Passons maintenant à l’un des moments dont le vin a été le plus fier de sa longue histoire. Je fais bien sûr référence à la création du champagne. Malgré la croyance populaire, le champagne n’a pas été créé par le moine Don Pérignon, mais a fait l’objet de recherches 30 ans plus tôt.

Un scientifique et médecin anglais appelé Christopher Merrett a présenté des conclusions à la Royal Society en 1662 intitulé “Quelques observations concernant la commande de vin”.

Le champagne était réservé à des occasions très spéciales, comme les festivités du couronnement français. Les rois l’appréciaient tellement qu’ils l’envoyaient même en hommage à d’autres monarques. La raison pour laquelle le champagne était tenu en si haute estime était que la pression sur les bouteilles les faisait souvent exploser. De plus, l’explosion d’une bouteille se désintégrant provoquait souvent une réaction en chaîne parmi d’autres bouteilles. Cela signifiait qu’il était courant de perdre 20 à 90 % du champagne.

Champagne bottle and flute

Les bouteilles étaient si volatiles que les moines qui brassaient devaient porter de lourds masques de fer pour se protéger dans les caves. Les moines qualifiaient le champagne de “vin du diable” et ils ne l’aimaient tellement pas que Don Pérignon fut envoyé dans les caves avec pour mission spécifique de se débarrasser de son vin du diable.

Heureusement, Don Pérignon a plutôt choisi d’accueillir le nouveau vin mousseux, avec plusieurs techniques différentes. L’une était d’épaissir le verre des bouteilles de vin pour qu’elles puissent résister à la pression de la seconde formation. L’autre était son invention merveilleuse du collier en fil de fer, qui aidait aussi le bouchon à résister à la pression et signifiait que les moines pouvaient enfin se débarrasser des masques en fer.

La différence dans l’élaboration du champagne au vin est qu’il y a un deuxième processus de fermentation, qui consiste à ajouter plusieurs grammes supplémentaires de levure et à la laisser fermenter dans la bouteille. Le dioxyde de carbone produit par cette seconde fermentation provoque alors une libération rapide des bulles (de dioxyde de carbone) à l’ouverture de la bouteille, car le dioxyde de carbone est très peu soluble.

Le champagne à cette époque était en fait beaucoup plus doux que ce que nous buvons aujourd’hui ; c’était parce que les Russes aimaient avoir au moins 300g par litre. Ce n’est qu’en 1846 que Perrier Jouët décide de ne pas édulcorer le champagne avant de l’exporter en Angleterre. C’est ce qui a conduit à la tendance vers les champagnes plus secs que nous apprécions aujourd’hui.

 

 

Comment le vin s’est comporté en dehors de l’Europe

Passons maintenant aux vins du nouveau monde comme l’Australie et les Amériques. Ces vins sont souvent considérés comme inférieurs aux vins européens. Bien qu’ils commencent maintenant à produire des vins exquis, il faut dire aussi que ces pays fournissent une grande quantité de vin de table standard et moins de vins fins que l’Europe. Il n’y a pas beaucoup d’histoire dans les Amériques et en Australie, car ce sont des pays récemment fondés. Par conséquent, les comptes seront brefs

Le vin a d’abord été introduit en Amérique du Sud par les Espagnols et encore une fois pour des raisons purement religieuses. Le vin est arrivé en Amérique du Nord par les colons fuyant la persécution religieuse pour commencer une nouvelle vie dans le nouveau monde.

Comme il fallait s’y attendre, il y avait beaucoup de catholiques dans le mélange et comme je l’ai déjà mentionné, le vin est profondément enraciné dans le catholicisme. La Californie est actuellement le plus grand producteur de vin des États-Unis. En Amérique, les vins portent le nom du cépage utilisé plutôt qu’en France, où ils portent le nom de leur région d’origine.

Au départ, le vin a été évité car on le considérait comme trop européen et, bien sûr, il n’était pas le bienvenu aux États-Unis d’Amérique nouvellement fondés. Même s’ils avaient eu envie de faire du vin, ils avaient peu de temps pour le faire car ils étaient plutôt occupés à apprivoiser le nouveau monde dans lequel ils vivaient.

La popularité du vin n’a pas beaucoup augmenté et le public américain reste encore largement consommateur de bière. Seulement 30% de la population a pris conscience de l’expérience bien supérieure de la consommation de vin. De ces 30 %, 75 % du vin qu’ils boivent est produit en Amérique. Comme vous pouvez le constater, il y a encore une approche un peu isolationniste du vin en Amérique. L’Australie a eu des problèmes similaires avec la production de vin plus tôt, car elle aussi était un nouveau pays et avait un environnement encore plus hostile à dompter.

Le seul progrès qui a été fait par ces pays est la façon dont ils fabriquent leurs fûts de chêne pour le vieillissement des vins fins. On pensait que le chêne français était le meilleur moyen de donner sa saveur au vin. C’était principalement parce que les chênes américains (ainsi que le chêne de nombreux autres pays) avaient été utilisés pour faire des barriques, mais l’effet du bois sur le vin était beaucoup trop important.

On a découvert plus tard que ce n’était pas le bois qui posait problème, mais la façon dont les tonneaux étaient fabriqués. Comme les Américains étaient plus habitués à fabriquer des tonneaux de whisky, ils séchaient leur bois dans un four, contrairement aux tonneliers qui laissaient sécher leur bois à l’air libre pendant au moins 24 mois avant de l’utiliser.

L’autre différence était que les Américains sciaient le bois en douelles, tandis que les tonneliers fendaient le bois. Ces différences par rapport à la technique utilisée ont immédiatement fait une différence substantielle sur le vin produit. Après cette découverte, les Amériques et l’Australie ont enfin pu commencer à produire du bon vin de qualité. Ce n’est peut-être pas encore tout à fait aussi bon que le meilleur vin français, mais ils sont en train d’y arriver et à l’avenir, ils pourraient même en donner pour leur argent aux Français.

L’alcool est dangereux pour la santé, buvez avec modération.

Dernière mise à jour le 2020-08-20. Liens et images fournis par Amazon Product Advertising API

Libraire de formation et de passion, comme dirait Stephen King "Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi.” :)

Écrire un commentaire

Pinterest