De quoi parlons-nous lorsque nous utilisons le concept de “philosophie” ? S’agit-il d’un phénomène ou d’une activité que nous devrions prendre absolument au sérieux ? Les gens ont tendance à utiliser le concept de “philosophie” de façon un peu vague et imprécise.

Beaucoup parlent d’une “philosophie”, c’est-à-dire d’un ensemble vaguement défini d’hypothèses ou de points de départ ou d’un ensemble sous-jacent de croyances.

On peut comprendre de telles utilisations du mot, mais l’utiliser de cette manière assez générale n’aide pas à atteindre une plus grande clarté conceptuelle.

Vous voulez vous initier au sujet ? Nous vous suggérons une sélection de livres ci-dessous afin d’en savoir plus !

 

brock o'hurn shakespeare GIF by Boo! A Madea Halloween

 

Les 10 meilleurs livres sur la philosophie

Vous voulez être sûr(e) de ne pas être déçu(e) dès les premières pages ? Alors choisissez parmi cette sélection des meilleurs livres du moment sur la philosophie, basée sur les avis de plusieurs centaines de lecteurs et lectrices !

No. 1
philosophes
22 Commentaires
philosophes
  • Philosophie|philosophes
  • Collectif
  • Éditeur: Editions Prisma
  • Relié: 352 pages
No. 2
Le miracle Spinoza: Une philosophie pour éclairer notre vie
101 Commentaires
Le miracle Spinoza: Une philosophie pour éclairer notre vie
  • Philosophie|vie|miracle|spinoza|éclairer
  • Frédéric Lenoir
  • Éditeur: Fayard
  • Broché: 234 pages
No. 3
La philosophie de A à Z: Auteurs, oeuvres et notions philosophiques
58 Commentaires
La philosophie de A à Z: Auteurs, oeuvres et notions philosophiques
  • 9782218947353
  • Pierre Kahn, Laurence Hansen-Love, Elisabeth Clément, Chantal Demonque
  • Éditeur: Hatier
  • Broché: 480 pages
No. 4
La Confiance en soi, une philosophie
35 Commentaires
La Confiance en soi, une philosophie
  • Charles Pepin
  • Éditeur: Allary
  • Broché: 240 pages
No. 5
Le grand livre de la philosophie: Histoire des idées en Occident.
  • Claude-Henry du Bord
  • Éditeur: Eyrolles
  • Édition no. 1 (06/02/2016)
  • Broché: 320 pages
No. 6
Philosophie Tle L, ES, S
3 Commentaires
Philosophie Tle L, ES, S
  • Alain Marchal, Christine Courme-Thubert
  • Éditeur: Magnard
  • Broché: 590 pages
No. 7
Kant tu ne sais plus quoi faire il reste la philo
31 Commentaires
Kant tu ne sais plus quoi faire il reste la philo
  • Marie Robert
  • Éditeur: FLAMMARION/VERSILIO
  • Broché: 176 pages
No. 8
Philosophie de l'architecture
  • Ludger SCHWARTE
  • Zones
  • Format Kindle
  • Français
No. 9
Petite philosophie du matin : 365 Pensées positives pour être heureux tous les jours
50 Commentaires
Petite philosophie du matin : 365 Pensées positives pour être heureux tous les jours
  • Catherine Rambert
  • Éditeur: Le Livre de Poche
  • Poche: 399 pages
No. 10
Dictionnaire amoureux de la philosophie (1)
23 Commentaires
Dictionnaire amoureux de la philosophie (1)
  • Luc FERRY
  • Éditeur: Plon
  • Broché: 1600 pages

 

À quoi sert la philosophie ?

Il est compréhensible que les gens ne comprennent pas ce qu’est la philosophie.

De loin, cela semble bizarre, non pertinent, ennuyeux et pourtant aussi – juste un peu – intrigant.

Mais il est difficile de savoir quel est l’intérêt réel. Que sont les philosophes ? Qu’est-ce qu’ils font ? Et pourquoi en a-t-on besoin ? Heureusement, la réponse se trouve déjà dans le mot philosophie lui-même.

En grec, philo signifie amour – ou dévotion – et sophia signifie sagesse. Les philosophes sont des gens dévoués à la sagesse.

Bien qu’il s’agisse d’un terme plutôt abstrait, le concept de “sagesse” n’est pas mystérieux. Être sage, c’est essayer de bien vivre et de bien mourir, en menant une vie aussi bonne que possible dans les conditions troublées de l’existence.

Le but de la sagesse est l’accomplissement. On pourrait peut-être dire “bonheur”, mais le “bonheur” est trompeur, car il suggère un pépiement et une joie continus, alors que “épanouissement” semble compatible avec beaucoup de douleur et de souffrance, ce que toute vie décente doit nécessairement avoir.

Ainsi, un philosophe ou une “personne dévouée à la sagesse” est quelqu’un qui s’efforce d’acquérir une expertise systématique pour trouver la meilleure façon de trouver son épanouissement individuel et collectif. Dans leur quête de sagesse, les philosophes ont développé un ensemble de compétences très spécifiques.

2244277355_a8694125f3_z

Au fil des siècles, ils sont devenus des experts dans plusieurs des grandes choses générales qui font que les gens ne sont pas très sages. Six axes centraux ont été identifiées :

 

1. Nous ne posons pas de grandes questions

Quel est le sens de la vie ? Que dois-je faire de mon travail ? Où allons-nous en tant que société ? Qu’est-ce que l’amour ?

La plupart d’entre nous ont ces questions en tête à un moment donné (souvent au milieu de la nuit), mais nous désespérons d’essayer d’y répondre.

Elles ont le statut de plaisanteries dans la plupart des cercles sociaux : et nous avons peur de les exprimer (sauf quelques instants à l’adolescence) de peur d’être considérés comme prétentieux et d’aller nulle part.

Mais ces questions sont très importantes car ce n’est qu’en y apportant des réponses judicieuses que nous pourrons orienter nos énergies de manière significative.

Les philosophes sont des gens qui n’ont pas peur des grandes questions. Ils ont, au fil des siècles, demandé le plus grand. Ils se rendent compte que ces questions peuvent toujours être décomposées en morceaux plus faciles à gérer et que la seule chose vraiment prétentieuse est de penser que l’on est au-dessus de soulever régulièrement des questions naïves.

 

2. Nous sommes vulnérables aux erreurs de bon sens

L’opinion publique – ou ce qu’on appelle le “bon sens” – est sensée et raisonnable dans d’innombrables domaines.

C’est ce dont vous entendez parler de la part de vos amis et de vos voisins, des choses qui sont supposées être vraies, des choses que vous absorbez sans même y penser.

Les médias le pompent au litre tous les jours. Mais dans certains cas, le bon sens est aussi plein de bêtises, d’erreurs et de préjugés les plus lamentables.

La philosophie nous amène à soumettre à la raison tous les aspects du bon sens. Il veut que nous pensions par nous-mêmes, que nous soyons plus indépendants.

Est-ce vraiment vrai ce que les gens disent de l’amour, de l’argent, des enfants, des voyages, du travail ?

Les philosophes veulent savoir si une idée est logique – plutôt que de simplement supposer qu’elle doit être juste parce qu’elle est populaire et établie depuis longtemps.

 

3. Nous ne savons pas très bien ce qui se passe dans notre tête.

Nous savons que nous aimons vraiment la musique. Mais nous avons du mal à dire pourquoi.

Ou quelqu’un que nous rencontrons est très ennuyeux, mais nous ne pouvons pas savoir de quoi il s’agit.

Ou nous perdons notre sang-froid, mais nous ne pouvons pas facilement dire pourquoi nous sommes si fâchés.

Nous n’avons pas une idée claire de nos propres satisfactions et de nos aversions. C’est pourquoi nous devons examiner nos propres esprits.

La philosophie est attachée à la connaissance de soi – et son précepte central – articulé par le plus ancien et le plus grand philosophe, Socrate – ne compte que quatre mots : Connais-toi toi-même.

24283994356_91adfd02a5_k

 

4. Nous avons des idées confuses sur ce qui nous rendra heureux.

Nous sommes résolus à essayer d’être heureux, mais nous nous trompons régulièrement dans notre recherche.

Nous surestimons le pouvoir de certaines choses pour améliorer nos vies – et sous-estimons d’autres.

Dans une société de consommation, nous faisons les mauvais choix parce que, guidés par un faux glamour, nous continuons à imaginer qu’un type particulier de vacances, de voiture ou d’ordinateur fera une plus grande différence qu’il ne le peut.

En même temps, nous sous-estimons la contribution d’autres choses – comme aller se promener, ranger un placard, avoir une conversation structurée ou se coucher tôt – qui peuvent avoir peu de prestige mais qui peuvent contribuer profondément au caractère de l’existence.

Les philosophes cherchent à être sages en étant plus précis sur les activités et les attitudes qui peuvent vraiment aider nos vies à aller mieux.

 

5. Nos émotions peuvent nous envoyer dans des directions dangereuses

Nous sommes des êtres émotionnels incontournables mais oublions régulièrement ce fait inconfortable. Parfois, certaines émotions – certains types de colère, d’envie ou de ressentiment – nous plongent dans de graves problèmes.

Les philosophes nous apprennent à penser à nos émotions, plutôt que de simplement les avoir. En comprenant et en analysant nos sentiments, nous apprenons à voir comment les émotions influencent notre comportement de façon inattendue, contre-intuitive et parfois dangereuse. Les philosophes ont été les premiers thérapeutes.

 

6. Nous perdons constamment le sens de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas.

Nous sommes – comme le dit l’expression – constamment en train de “perdre de vue”.

C’est ce que les philosophes savent faire. En apprenant qu’il avait perdu tous ses biens dans un naufrage, le philosophe stoïcien Zeno a simplement dit : “La fortune me commande d’être un philosophe moins encombré. Ce sont de telles réponses qui ont fait du terme “philosophique” un mot synonyme de calme, de réflexion à long terme et de force de l’esprit, bref, de perspective.

Ce que nous appelons ” l’histoire de la philosophie ” est le fruit de tentatives répétées au fil des siècles pour trouver des solutions à nos problèmes.

Ainsi, par exemple, dans l’Athènes antique, Socrate a accordé une attention particulière au problème de la confusion dans l’esprit des gens.

Il a été frappé par le fait que les gens ne savaient pas vraiment ce qu’ils entendaient par idées clés – comme le courage, la justice ou le succès – même si ce sont les idées principales qu’ils utilisaient lorsqu’ils parlaient de leur propre vie.

Socrate a développé une méthode (qui porte toujours son nom) par laquelle vous pouvez apprendre à mieux comprendre ce que vous voulez dire en jouant l’avocat du diable avec n’importe quelle idée.

Le but n’est pas nécessairement de vous faire changer d’avis. C’est pour vérifier si les idées qui guident votre vie sont saines.

 

 

Quelques décennies plus tard, le philosophe Aristote a essayé de nous rendre plus confiants autour de grandes questions.

Il pensait que les meilleures questions étaient celles qui demandaient à quoi sert quelque chose.

Il l’a fait beaucoup et sur de nombreux livres, a demandé : À quoi sert le gouvernement ? À quoi sert l’économie ? À quoi sert l’argent ? A quoi sert l’art ?

Aujourd’hui, il nous encouragerait à poser des questions comme : À quoi servent les médias d’information ? À quoi sert le mariage ? A quoi servent les écoles ? À quoi sert la pornographie ?

Les philosophes stoïciens, qui s’intéressaient à la panique, étaient également actifs dans la Grèce antique.

Les stoïciens ont remarqué une caractéristique vraiment centrale de la panique : nous ne paniquons pas seulement quand quelque chose de mauvais se produit, mais quand cela se produit de manière inattendue, quand nous pensions que tout allait plutôt bien se passer.

Ils nous ont donc suggéré de nous armer contre la panique en nous habituant à l’idée que le danger, les ennuis et les difficultés sont très susceptibles de se produire à chaque tournant.

La tâche globale de l’étude de la philosophie est d’absorber ces leçons et bien d’autres encore et de les mettre en pratique dans le monde d’aujourd’hui.

Il ne s’agit pas seulement de savoir ce que tel ou tel philosophe a dit, mais de viser à exercer la sagesse au niveau individuel et sociétal – à partir de maintenant.

La sagesse de la philosophie est – dans les temps modernes – le plus souvent livrée sous forme de livres.

Mais dans le passé, les philosophes s’asseyaient sur les places du marché et discutaient de leurs idées avec les commerçants ou se rendaient dans les bureaux et les palais du gouvernement pour donner des conseils.

Ce n’était pas anormal d’avoir un philosophe sur la liste de paie. La philosophie était considérée comme une activité normale et fondamentale, plutôt que comme une option ésotérique et optionnelle inhabituelle.

Aujourd’hui, ce n’est pas tant que nous nions ouvertement cette pensée – nous recevons toujours des bribes de sagesse ici et là – mais nous n’avons tout simplement pas les institutions adéquates pour promulguer la sagesse de manière cohérente dans le monde.

Mais à l’avenir, lorsque la valeur de la philosophie sera un peu plus claire, nous pourrons nous attendre à rencontrer plus de philosophes dans la vie quotidienne.

Ils ne seront pas enfermés, vivant principalement dans les départements universitaires, parce que les points auxquels notre imprudence nous mord – et qui gâchent notre vie – sont multiples et nécessitent une attention urgente en ce moment.

Quel est le meilleur livre sur la philosophie en 2019 ?
9.6 (95.9%) 39 vote[s]

Dernière mise à jour le 2019-08-24. Liens et images fournis par Amazon Product Advertising API

Categories: Livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *