Livres

Quel est le meilleur livre sur l’Égypte en 2020 ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

L’impact de l’Égypte sur les cultures modernes est immense. On peut dire que l’Égypte a fourni les éléments de base de la culture grecque et romaine et, à travers eux, a influencé toute la tradition occidentale. Aujourd’hui, l’imagerie, les concepts et les perspectives égyptiennes se retrouvent partout ; vous les trouverez dans les formes architecturales, dans l’argent et dans notre vie quotidienne. De nombreux chirurgiens esthétiques, par exemple, utilisent la silhouette de la reine Néfertiti (dont le nom signifie “la belle est venue”) dans leurs publicités.

Vous voulez en savoir plus ? Vous êtes au bon endroit ! Nous vous avons regroupé les meilleurs livres et quelques faits intéressants à propos de l’Égypte ancienne sur cette page.

egypt pyramids GIF

Les 10 meilleurs livres sur l’Égypte

Vous voulez être sûr(e) de ne pas être déçu(e) dès les premières pages ? Alors choisissez parmi cette sélection des meilleurs livres sur l’Égypte, basée sur les avis de plusieurs centaines de lecteurs et lectrices !

No. 1
Les mystères de l'Égypte ancienne: TOUTÂNKHAMON, LES MOMIES, LES PYRAMIDES ET TOUS LES TRÉSORS DES PHARAONS
  • Collectif (Author)
  • 312 Pages - 08/21/2019 (Publication Date) - E/P/A (Publisher)
No. 2
L'Égypte des pharaons
  • Schwentzel, Christian-Georges (Author)
  • 256 Pages - 06/01/2011 (Publication Date) - Editions Milan (Publisher)
No. 3
12 reines d'Egypte qui ont changé l'Histoire
15 Commentaires
12 reines d'Egypte qui ont changé l'Histoire
  • Tallet, Pierre (Author)
  • 282 Pages - 04/27/2013 (Publication Date) - Pygmalion (Publisher)
No. 4
Livre des morts des anciens Egyptiens
  • Kolpaktchy, Grégoire (Author)
  • 473 Pages - 06/01/2009 (Publication Date) - J'ai lu (Publisher)
No. 5
Le Fabuleux héritage de l'Egypte
  • Desroches noblecourt, Christiane (Author)
  • 319 Pages - 08/15/2019 (Publication Date) - TELEMAQUE (Publisher)
No. 7
L'Égypte des pharaons (23)
  • Baussier, Sylvie (Author)
  • 32 Pages - 04/07/2016 (Publication Date) - Nathan (Publisher)
No. 8
Horemheb - Le retour de la lumière
  • Jacq, Christian (Author)
  • 422 Pages - 10/10/2019 (Publication Date) - XO (Publisher)
No. 9
L'Egypte des grands pharaons
  • JACQ, Christian (Author)
  • 416 Pages - 01/21/2010 (Publication Date) - Tempus Perrin (Publisher)
No. 10
Sixtine: Livre I
  • Vermalle, Caroline (Author)
  • 354 Pages - 04/21/2018 (Publication Date) - Independently published (Publisher)

Quelques informations sur l’Égypte ancienne

Longévité

La civilisation de l’Égypte ancienne a duré plus de 3000 ans et a montré une incroyable continuité. C’est plus de 15 fois l’âge des États-Unis, et considérez la fréquence à laquelle notre culture change ; il y a moins de 10 ans, il n’y avait ni Facebook, ni Twitter, ni Youtube.

Alors qu’aujourd’hui nous considérons la période gréco-romaine comme un passé lointain, il faut noter que le règne de Cléopâtre VII (qui s’est terminé en 30 avant JC) est plus proche de notre époque que de celle de la construction des pyramides de Gizeh.

Il a fallu près de 4000 ans aux humains pour construire quelque chose – tout – de plus grand que les grandes pyramides. Contrairement à l’ère moderne, nous sommes excités lorsqu’un record dure plus d’une décennie.

Cohérence et stabilité

La stabilité de l’Égypte contraste fortement avec le Proche-Orient antique de la même époque, qui a connu une série de cultures et de bouleversements qui se sont chevauchés avec une étonnante régularité.

Les premiers monuments royaux, comme la palette de Narmer sculptée vers 3100 avant J.-C., présentent des costumes et des poses royales identiques à ceux que l’on voit sur les souverains ultérieurs, même les rois ptolémaïques sur leurs temples 3000 ans plus tard.

Une grande partie de l’imagerie égyptienne, en particulier l’imagerie royale qui était régie par la bienséance (un sens de ce qui était “approprié”), est restée étonnamment cohérente tout au long de son histoire.

C’est pourquoi, surtout pour un œil non averti, leur art semble extrêmement statique – et en termes de symboles, de gestes et de la façon dont le corps est rendu, il l’était.

C’était intentionnel. Les Égyptiens étaient conscients de leur cohérence, qu’ils considéraient comme une stabilité, un équilibre divin et une preuve évidente de la justesse de leur culture.

Cette constance était étroitement liée à une croyance fondamentale selon laquelle les représentations avaient un impact au-delà de l’image elle-même – des scènes de tombes où le défunt reçoit de la nourriture, ou des scènes de temple où le roi accomplit des rituels parfaits pour les dieux – provoquaient fonctionnellement ces choses dans le royaume divin.

Si l’image du pain était omise de la table du défunt, il n’y avait pas de pain dans l’au-delà ; si le roi était représenté avec un instrument rituel incorrect, le rituel était incorrect et cela pouvait avoir des conséquences désastreuses. Cette croyance a conduit à une résistance active au changement des représentations codifiées.

Le premier graffiti touristique enregistré sur la planète provient d’un visiteur de l’époque de Ramsès II qui a laissé sa marque d’appréciation sur le site de la pyramide à degrés de Saqqarah, datant de 1300 ans, le plus ancien des monuments royaux massifs en pierre. Ils ont été impressionnés par les travaux de leurs ancêtres et se sont efforcés de poursuivre cet héritage.

Géographie

L’Égypte est une terre de dualité et de cycles, tant au niveau de la topographie que de la culture.

La géographie est presque entièrement constituée d’un désert aride et accidenté, à l’exception d’une explosion de verdure qui chevauche les deux rives du Nil en coulant sur toute la longueur du pays.

Le fleuve émerge de loin au sud, au plus profond de l’Afrique, et se jette dans la mer Méditerranée au nord après s’être étendu à partir d’un canal unique dans un système en forme d’éventail, appelé delta, dans sa partie la plus septentrionale.

L’influence de ce fleuve sur la culture et le développement égyptiens ne peut être exagérée – sans sa présence, la civilisation aurait été entièrement différente, et très probablement entièrement ailleurs.

Le Nil a non seulement fourni une source constante d’eau vitale, mais il a également créé les terres fertiles qui ont alimenté la croissance de cette culture unique (et exceptionnellement résistante).

Chaque année, alimentée par la fonte des neiges dans les promontoires éloignés, la rivière débordait de ses berges lors d’une crue annuelle qui recouvrait le sol d’un limon noir et riche et produisait des champs incroyablement fertiles.

Les Egyptiens appelaient cela Kemet, les “terres noires”, et opposaient ce sol dense et sombre aux Deshret, les “terres rouges” du désert stérile ; la ligne qui séparait ces zones était (et dans la plupart des cas est toujours) une ligne littérale. L’effet visuel est saisissant, semblant presque artificiel dans sa précision.

Le temps – cyclique et linéaire

L’inondation annuelle du Nil était également un cycle fiable et mesurable qui a contribué à former leur concept du passage du temps.

En fait, le calendrier que nous utilisons aujourd’hui est dérivé de celui développé par les anciens Egyptiens.

Ils ont divisé l’année en 3 saisons : akhet “inondation”, peret “croissance/émergence” et shemw “récolte”.

Chaque saison était, à son tour, divisée en quatre mois de 30 jours. Bien que ce cycle annuel, associé au cycle solaire quotidien si évident dans le désert, ait entraîné une puissante volonté de voir l’univers en temps cyclique, cette idée existait simultanément avec la réalité du temps linéaire.

Ces deux concepts – cyclique et linéaire – ont été associés à deux de leurs divinités primaires : Osiris, le seigneur éternel des morts, et Rê, le dieu soleil qui renaît à chaque aube.

Le développement précoce : La période prédynastique

La civilisation de l’Égypte n’est évidemment pas née entièrement formée de la boue du Nil ; bien que les pyramides massives de Guizeh puissent paraître aux non-initiés comme étant apparues de nulle part, elles ont été fondées sur des milliers d’années de développement et d’expérimentation culturels et technologiques.

L’Égypte “dynastique” – parfois appelée “pharaonique” (d’après “pharaon”, le titre grec des rois égyptiens dérivé du titre égyptien per aA, “Grande Maison”), qui était l’époque où le pays était largement unifié sous un seul souverain, commence vers 3100 avant J.-C.
J.-C. jusqu’à l’unification, est qualifiée de prédynastique par les spécialistes modernes.

Auparavant, des groupes paléolithiques et néolithiques florissants, remontant à des centaines de milliers d’années, descendaient des homo erectus qui migraient vers le nord et s’installaient le long de la vallée du Nil.

Au cours de la période prédynastique, des céramiques, des figurines, des têtes de macis et d’autres artefacts tels que des palettes d’ardoise utilisées pour broyer les pigments commencent à apparaître, de même que des images qui deviendront des icônes pendant l’ère pharaonique – nous pouvons voir les premiers indices de ce qui est à venir.

Dynasties

Il est important de reconnaître que les divisions dynastiques utilisées par les savants modernes n’ont pas été utilisées par les anciens eux-mêmes.

Ces divisions ont été créées dans la première histoire de l’Égypte de style occidental, écrite par un prêtre égyptien nommé Manéthon au IIIe siècle avant J.-C.

Chacune des 33 dynasties comprenait une série de souverains généralement liés par la parenté ou l’emplacement de leur siège de pouvoir.

L’histoire égyptienne est également divisée en grandes parties, appelées “royaumes” et “périodes”, pour distinguer les périodes de force et d’unité de celles de changement, de domination étrangère ou de désunion.

Les Égyptiens eux-mêmes se référaient à leur histoire par rapport au dirigeant de l’époque.

Les années étaient généralement enregistrées comme les dates de règne (du latin regnum, qui signifie royaume ou règle) du roi au pouvoir, de sorte qu’à chaque nouveau règne, les chiffres recommençaient à nouveau.

Plus tard, les rois ont enregistré les noms de leurs prédécesseurs dans de vastes “listes de rois” sur les murs de leurs temples et se sont représentés en train d’offrir aux souverains qui les ont précédés – l’un des exemples les plus connus se trouve dans le temple de Séthi Ier à Abydos.

Ces listes étaient souvent condensées, certains souverains (tels que le controversé et perturbateur Akhenaton) et même des dynasties entières étant omis des archives ; elles ne sont pas vraiment de l’histoire, mais plutôt une forme de culte des ancêtres, une célébration de la consistance de la royauté dont le souverain actuel faisait partie.

Le pharaon – pas uniquement un roi

En Égypte, les rois étaient des intermédiaires à cheval sur les royaumes terrestre et divin.

Ils étaient évidemment des humains, mais lors de leur accession au trône, ils incarnaient aussi l’éternel de la royauté elle-même.

Le ka, ou esprit, de la royauté était souvent représenté comme une entité distincte se tenant derrière le souverain humain.

C’est cet aspect divin de la royauté qui donnait l’autorité au souverain humain.

Le roi vivant était associé au dieu Horus, le puissant et viril dieu à tête de faucon qui était censé conférer le trône au premier roi humain.

Le père d’Horus, Osiris, était le seigneur du monde souterrain. L’un des premiers souverains divins d’Égypte, cette divinité incarnait la promesse de la régénération.

Cruellement assassiné par son frère Seth, le dieu du désert chaotique, Osiris a été ressuscité grâce à la puissante magie de sa femme Isis.

Grâce à ses connaissances et à son habileté, Osiris a pu engendrer le miraculeux Horus, qui a vengé son père et a jeté son oncle criminel du trône pour prendre la place qui lui revenait de droit.

Osiris est devenu le souverain du royaume des morts, la source éternelle de régénération dans l’au-delà. Les rois décédés étaient identifiés à ce dieu, créant un cycle où le roi mort fusionnait avec le roi divin des morts et son successeur pour prendre sa place sur le trône en tant qu’Horus.

 

Dernière mise à jour le 2020-08-20. Liens et images fournis par Amazon Product Advertising API

Libraire de formation et de passion, comme dirait Stephen King "Si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi.” :)

Écrire un commentaire

Pinterest