Vous en avez assez de tout oublier ? Que ce soit pour retenir des cours, des informations professionnelles ou des anecdotes, il y a une et une seule solution : travailler sa mémoire ! Mais pour le faire efficacement, il est utile de mieux la comprendre. Voici les clés qui vous permettront de dompter votre propre cerveau.

 

 

Pourquoi travailler sa mémoire ?

Développer votre mémoire est évidemment utile dans le cadre de votre carrière ou de vos études. Mais c’est aussi bon pour la santé : les personnes qui enrichissent leur cerveau de nouveaux savoirs fréquemment son plus heureuses et moins sujettes à certains troubles psychologiques.

 

Sommes-nous tous égaux face à la mémoire ?

Certains ont la chance de naître avec une véritable mémoire d’éléphant prête à l’emploi ! Ils retiennent tout, et facilement qui plus est. Mais ne soyez pas envieux : vous pouvez parvenir au même résultat. Il vous faudra peut-être juste un peu plus de temps et de travail.

 

1.    La sémantique : la plus essentielle

C’est celle dans laquelle vous stockez des données et des concepts que vous n’oubliez plus. Par exemple ? Des noms de pays ou de personnes, ou encore des connaissances philosophiques et techniques. Quand vous avez quelque chose sur le bout de la langue, c’est votre mémoire sémantique qui vous fait défaut.

Comment la travailler ? Elle constitue en réalité un tout dans lequel interviennent des informations qui ont pu circuler et être obtenues par les autres formes de mémoire. Elle est donc améliorée en synergie avec toutes les autres.

 

2.   La visuelle : l’alliée des lecteurs

Vous l’utilisez pour vous remémorer des images, mais également des textes. Vous en avez d’ailleurs probablement fait emploi à l’école pour apprendre par cœur vos récitations ! Elle vous permet de visualiser les choses, et de récupérer grâce à des images mentales les informations dont vous avez besoin.

Comment la travailler ? C’est la plus « scolaire » : vous pouvez l’améliorer très simplement en pratiquant souvent la lecture, en apprenant des poèmes. Être sensible aux arts plastiques, visiter des musées et repérer les détails des sculptures et des peintures par exemple, peut aussi la favoriser.

 

3.   La procédurale : la mémoire inconsciente

C’est celle qui vous permet de réaliser automatiquement certaines actions indispensables comme marcher, courir, ou encore nager. Elle est particulièrement sollicitée lorsque vous faites du sport ou pratiquez une activité artistique. Les gestes mécaniques qu’elle crée deviennent de véritables compétences naturelles.

Comment la travailler ? Logiquement, plus vous avez d’activités physiques ou culturelles, plus elle se développe. Pourquoi ne pas aller faire un tour aux clubs de sport ou aux ateliers de peinture ou de sculpture proches de chez vous ?

 

4.   L’auditive : la plus immédiate

Ça rentre par une oreille… et c’est retenu à tout jamais ! Les personnes dotées d’une mémoire auditive entendent quelque chose, et cela reste gravé dans leur tête. C’est évidemment une des plus pratiques au quotidien, puisqu’elle permet de retenir facilement des numéros de téléphone, des consignes ou le contenu de réunions.

Comment la travailler ? Une bonne mémoire auditive va de pair avec une aptitude à être attentif. Pour apprendre à se concentrer, la méditation est un excellent outil. Les livres audio ou les podcasts sont aussi intéressants. Pour un côté plus ludique, vous pouvez vous amuser à retenir vos répliques préférées de films et séries.

 

5.   La kinesthésique : la mémoire des sensations

Moins répandue, elle est très focalisée sur les sens de l’odorat et du toucher. Les informations sont associées à des sensations précises. Les personnes dotées d’une mémoire kinesthésique ont besoin d’un environnement stimulant, et révèlent mieux leur potentiel lors de travaux en groupe dans des lieux où elles se sentent bien.

Comment la travailler ? Il n’y a pas de solution miracle, elle se développe au fur et à mesure de votre évolution psychologique. En revanche, si vous souhaitez spécifiquement retenir des odeurs, comme cela peut être utile dans les milieux du vin, de la gastronomie ou du parfum, il existe des coffrets d’entraînement dédiés.

 

6.   L’épisodique : celle des expériences de vie

Vous pouvez la considérer comme une sorte de mémoire de transition. C’est celle qui vous permet de vous souvenir de vos expériences personnelles, d’en tirer des conclusions et de faire des projections.

Au fur et à mesure, les connaissances acquises grâce à votre vécu viennent se graver dans votre mémoire sémantique et se délient de vos souvenirs.

Comment la travailler ? Elle se consolide avec l’expérience. L’âge est donc un facteur déterminant. Mais ce n’est pas tout : votre volonté de découvrir de nouvelles choses, d’aller de l’avant, et d’être porteur de projets peut contribuer à la solidifier.

 

7.   La mémoire de travail : la nécessité pratique

On dit aussi « immédiate ». C’est celle que vous utilisez dans votre quotidien, sans vous en rendre compte, pour effectuer des tâches multiples. Le contenu est aussitôt éliminé une fois votre objectif accompli. Quand vous rangez un dossier, ou même lorsque vous écrivez simplement un SMS, elle est à l’œuvre.

Comment la travailler ? Il ne s’agit pas de l’améliorer à proprement parler, mais plutôt de savoir l’exploiter à bon escient.

Il est notamment important de faire le tri consciemment entre les informations utiles temporairement et que vous devriez éliminer pour libérer votre cerveau, et les informations importantes que vous tenez à retenir.

Le saviez-vous ?

  • Il existe des véritables championnats de mémoire dans divers pays.
  • Vous connaissez sans doute la légende selon laquelle nous n’utilisons que 10% de notre mémoire. C’est faux, en revanche il est vrai que nous n’utilisons jamais toutes ses fonctions simultanément. Qui sait ce que cela donnerait ?
  • Connaître des anecdotes sur un thème peut aider à une meilleure mémorisation.

 

Nous espérons que ce guide vous a donné envie de travailler votre mémoire ! N’hésitez pas à partager avec nous vos progrès et vos bonnes idées pour mieux retenir les informations dans les commentaires.

 

Quelques liens pour aller plus loin

 

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/memoire

https://www.sebastien-martinez.com/differents-types-de-memoire/

http://www.leprofduweb.net/visuel-auditif-ou-kinesthesique-les-profils-dapprentissages/

https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/efficacite-personnelle/six-exercices-pour-ameliorer-sa-memoire_1518823.html

7 différents types de mémoire pour mieux apprendre
10 (100%) 1 vote[s]

Categories: Conseils & Guides

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *